Le Conseil de sécurité satisfait du plan de mise en œuvre de la stratégie contre l'Armée de résistance du Seigneur

Les ruines d’une maison incendiée par des combattants de la LRA dans le village de Nguili-Nguili, en République centrafricaine. Photo: HCR/D.Mbaiorem

29 mai 2013 – Le Conseil de sécurité a, mercredi, accueilli avec satisfaction le plan de mise en œuvre de la Stratégie régionale des Nations Unies visant à contrer la menace que représente l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) en Afrique centrale.

Le Conseil, dans une déclaration présidentielle lue par son Président pour le mois de mai, l'Ambassadeur Kodjo Menan, du Togo, a également exhorté le Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (UNOCA), ainsi que les missions politiques et de maintien de la paix des Nations Unies présentes dans la région, à « redoubler d'efforts pour faciliter la mise en œuvre de la Stratégie », la communauté internationale étant invitée à « apporter toute l'assistance possible ».

Le Représentant du Secrétaire général et Chef du Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale, M. Abou Moussa, avait auparavant affirmé devant le Conseil que la situation générale en Afrique centrale était « caractérisée par une stabilité et une paix relatives dans la plupart des pays de la sous-région, avec la notable exception de la République centrafricaine et de certaines parties de la République démocratique du Congo (RDC) ».

La Stratégie régionale des Nations Unies contre la LRA, groupe rebelle armé dirigé par Joseph Kony, a été adoptée en juin 2012.

« La prochaine priorité immédiate est d'organiser un forum de mobilisation des ressources, en appui à la mise en œuvre de la Stratégie en partenariat avec l'Union africaine », a dit M. Moussa devant le Conseil.

Le Conseil de sécurité, dans sa déclaration, réaffirme également son soutien à l'Initiative de coopération régionale de l'Union africaine contre la LRA, tout en se félicitant de l'élaboration du concept d'opérations nécessaire à la mise sur pied de la Force régionale d'intervention de l'Union africaine.

Les membres du Conseil soulignent également qu'il incombe au premier chef aux États de la région où sévit la LRA de protéger les civils. Ils saluent, à cet égard, l'action que mènent l'Ouganda, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Soudan du Sud pour mettre fin à la menace de la LRA.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La RDC met 500 soldats à disposition de la Force régionale d'intervention de l'Union africaine contre la LRA

En savoir plus


Coup de projecteur