UNRWA : le soutien international est crucial pour l'accès aux soins des réfugiés palestiniens en Syrie

Une ambulance transporte des Palestiniens blessés de l’hôpital de Shifa, à Gaza, en direction de l’Egypte où ils recevront des soins d’urgence. Photo: IRIN/Ahmed Dalloul

21 mai 2013 – Alors que la soixante-sixième Assemblée mondiale de la santé s'est ouverte hier à Genève, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) a rendu public mardi le rapport pour 2012 de sa division de la santé, consacré en partie aux conséquences du conflit en Syrie sur les opérations de l'UNRWA.

Selon ce rapport, l'UNRWA, qui fournit des soins à 525.000 réfugiés palestiniens en Syrie, a fermé près de la moitié de ses 23 dispensaires dans le pays. Elle a dû, en outre, suspendre ses réformes permettant de répondre aux besoins nés du nombre croissant de personnes atteintes de maladies non-transmissibles. Pour ces dernières, l'accès aux soins de première nécessité ne peut plus se faire en toute sécurité.

« Nous vivons une période très difficile mais notre détermination n'est pas entamée. Si nous avons dû faire face à la fermeture de certaines cliniques, nous nous sommes adaptés à l'évolution des besoins en ouvrant six centres de soins supplémentaires dans les zones comptant le plus grand nombre de réfugiés palestiniens », indique Akihiro Seita, le directeur du programme de santé de l'UNRWA.

« Nous avons besoin du soutien de la communauté internationale pour continuer d'apporter des soins aux réfugiés palestiniens en Syrie », poursuit-il, alors que le rapport de l'UNRWA montre que les actions de l'Office ont un impact positif sur le terrain en dépit du contexte difficile.

Depuis la fin de l'année 2011, dans le cadre de ses efforts de réforme, l'UNRWA a introduit un modèle permettant de prendre mieux en charge les besoins nés du nombre croissant de personnes atteintes de maladies non-transmissibles.

Cette approche articulée autour d'une équipe de santé familiale vise à améliorer l'efficacité du système de santé en fournissant notamment des soins complets pour la famille du patient et en soulignant l'importance des liens familiaux.

Le rapport annuel de l'UNRWA montre l'efficacité de cette approche, puisque le nombre moyen de consultations médicales quotidiennes par docteur a connu une baisse de 20 à 30%. Le temps de consultation a, quant à lui, connu une augmentation de 50%. De plus, une baisse globale des prescriptions d'antibiotiques a été enregistrée.

Les 36 centres de soins que l'UNRWA compte dans la région ont adopté cette approche. Selon Akihiro Seita, cette dernière recueille l'approbation de la quasi-totalité des réfugiés palestiniens.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UNRWA s'alarme des déplacements de plus en plus fréquents de réfugiés palestiniens en Syrie

En savoir plus




Coup de projecteur