Il y a urgence humanitaire dans la ville de Houla en Syrie, affirme une mission interagences de l'ONU

Deux garçons syriens recoivent des denrées alimentaires du PAM. Photo: PAM/Reem Nada

14 mai 2013 – Les civils dans la ville de Houla ont des besoins urgents en denrées alimentaires, en eau, en médicaments et en carburant, a indiqué mardi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), après qu'une mission interagences de l'ONU s'est rendue dans cette ville où 108 personnes ont été massacrées en mai 2012. Ce massacre avait été fermement condamné par le Conseil de sécurité.

Depuis plusieurs mois, la ville est entièrement isolée, a rappelé l'UNICEF qui a participé à cette mission onusienne, présente sur place dimanche dernier. « L'équipe de l'UNICEF a constaté un manque critique de médicaments dans les quatre cliniques de la ville qui fonctionnent par ailleurs partiellement», a expliqué la porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Les infections respiratoires, la gale, la diarrhée et certaines maladies mentales sont les maladies les plus fréquentes. L'eau potable manque et il n'y a pas de carburant pour faire fonctionner les systèmes d'approvisionnement en eau », a-t-elle ajouté. Selon cette agence onusienne, de plus en plus d'enfants commencent à montrer les symptômes de la malnutrition, tels qu'une peau pâle et sèche et des yeux enfoncés.

« Sans assistance humanitaire importante et immédiate, les risques de malnutrition, d'épidémies et de déplacements de personnes ne peuvent que croître», a averti Mme Mercado, ajoutant que l'UNICEF avait distribué des centaines de kits d'hygiène et des denrées alimentaires lors de cette mission.

La porte-parole a affirmé que 31 des 41 écoles de Houla ont été endommagées et que les enfants n'ont pas été en classe depuis deux ans. Ils font en outre fréquemment des cauchemars en raison des bombardements.

De son côté, la porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), a déclaré que le convoi de l'ONU, composé de neuf camions transportant des médicaments, des fournitures hygiéniques et de l'eau potable, était la première distribution d'aide humanitaire depuis 10 mois.

Le PAM a identifié une pénurie de denrées alimentaires, notamment de farine. Même lorsque celles-ci sont disponibles, les familles n'ont souvent pas l'argent nécessaire pour les acheter et de nombreuses personnes ont été contraintes de vendre leurs terres pour s'en procurer.

Le PAM a affirmé avoir besoin de 19,5 millions de dollars par semaine pour couvrir le coût de ses opérations en Syrie et au Liban. Selon l'ONU, 6,8 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire, 4,25 millions sont déplacées et près de 1,3 million sont réfugiées dans les pays voisins.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le PAM apoorte une assistance alimentaire d'urgence aux Syriens fuyant le conflit sur la côte méditerranéenne

En savoir plus





Coup de projecteur