L'OIT salue l'accord conclu dans le secteur de l'habillement afin d'améliorer la sécurité des usines au Bangladesh

Une ouvrière dans un atelier de confection à Gazipur, au Bangladesh. Photo: ONU/Kibae Park

14 mai 2013 – L'Organisation internationale du travail (OIT) s'est félicitée de l'accord trouvé aujourd'hui entre différents acteurs du secteur de l'habillement sur la sécurité incendie et bâtiments au Bangladesh.

L'OIT souligne que cet accord qui prévoit l'établissement d'un programme pour la sécurité incendie dans l'industrie du prêt-à-porter sur une période de cinq ans a reçu l'appui des syndicats, de certaines marques et acheteurs internationaux.

Selon cet accord, un ou plusieurs experts qualifiés seraient notamment chargés de mener à bien un examen complet et rigoureux des normes et règlements actuels dans le bâtiment pour les entreprises de prêt-à-porter du Bangladesh.

Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements, secteur qui représente 80% de ses exportations. L'effondrement, le 24 avril d'un immeuble du Rana Plaza à Savar, où travaillaient plus de 3 000 ouvriers du textile, et qui a tué 1 125 personnes, ainsi que les récents incendies des usines Tazreen Fashions Limited et Smart Export Garments, a rappelé la nécessité d'améliorer les conditions de travail prévalant dans l'industrie de l'habillement.

Du 1er au 4 mai, une délégation de haut niveau de l'OIT avait visité le Bangladesh pour manifester la solidarité de l'organisation à l'égard des victimes de ces catastrophes, ainsi que pour identifier, aux côtés du gouvernement du Bangladesh, du monde du travail et de l'industrie ce qui devait être fait pour prévenir toute tragédie comparable à l'avenir.

L'OIT fait également savoir qu'elle fournira une assistance aux parties signataires qui en feront la demande afin d'assurer une mise en œuvre efficace de cet accord.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Bangladesh : M. Ban « profondément attristé » par le grand nombre de victimes de l'effondrement d'une usine

En savoir plus





Coup de projecteur