FAO : les produits forestiers, dont les insectes, sont essentiels à la lutte contre la faim

Photo: ONU/Fendi Aspara

13 mai 2013 – Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, a affirmé lundi que l'agroforesterie était essentielle à la lutte contre la faim et devait être mieux intégrée dans les politiques de sécurité alimentaire et d'utilisation des sols.

« Les forêts contribuent aux moyens d'existence de plus d'un milliard de personnes, en particulier les plus démunis. Les forêts sont une source d'alimentation, d'énergie pour la cuisson des aliments, de fourrage pour les bêtes et de revenus pour l'achat de nourriture», a expliqué M. da Silva, en ouverture de la Conférence internationale sur les forêts au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition qui se tient à Rome du 13 au 15 mai.

La FAO a rappelé que le gibier et les insectes constituent souvent les principales sources de protéines en zone forestière, alors que les feuilles, les graines, les champignons, le miel et les fruits apportent les minéraux et les vitamines garants d'un régime nutritif.

« Les forêts et les systèmes agroforestiers sont pourtant rarement considérés lors de l'élaboration des politiques de sécurité alimentaire et d'utilisation des terres. Souvent, les personnes en zones rurales ne disposent pas de droits d'accès reconnus aux forêts et aux arbres, ce qui compromet leur sécurité alimentaire. La contribution potentielle des forêts à la sécurité alimentaire des personnes vivant en milieu rural devrait être davantage prise en compte », a estimé le Directeur général de la FAO.

Selon une nouvelle étude de la FAO présentée lors de la conférence, les insectes constituent une source majeure et facilement accessible d'aliments nutritifs, riches en protéines, issus des forêts. Ils s'inscriraient dans les régimes alimentaires traditionnels d'au moins deux milliards de personnes. La récolte et l'élevage d'insectes peuvent en outre créer des emplois et générer des revenus, essentiellement pour l'heure au niveau des ménages mais potentiellement aussi à l'échelle industrielle.

Avec environ un million d'espèces connues, les insectes représentent plus de la moitié de tous les organismes vivants classifiés jusqu'à présent. D'après les recherches de la FAO menées en partenariat avec l'Université de Wageningen aux Pays-Bas, plus de 1.900 espèces d'insectes sont consommées par les hommes dans le monde, les principales étant les scolythes, les chenilles, les abeilles, les guêpes, les fourmis, les sauterelles et les criquets.

De nombreux insectes sont riches en protéines et en lipides mais aussi en calcium, en fer et en zinc. Le bœuf contient en moyenne 6 mg de fer pour 100 g de poids sec, alors que ce chiffre varie entre 8 et 20 mg pour 100 g de poids sec chez la sauterelle, en fonction notamment du type d'aliments que cette espèce consomme.

« Nous ne disons pas que les gens doivent consommer des insectes à tout prix », a souligné la Directrice de la Division de l'économie, des politiques et des produits forestiers à la FAO et coauteur, avec Eva Muller, de l'ouvrage Des insectes comestibles. « Nous disons simplement que les insectes constituent l'une des ressources fournies par les forêts et que leur apport potentiel à l'alimentation, notamment l'alimentation animale, est généralement sous-exploité. Cependant, à mesure que les habitats forestiers disparaissent, nous risquons de perdre des espèces avant même d'avoir compris comment les utiliser pour réduire la faim ».

Les insectes d'élevage offriraient une solution durable pour éviter toute surexploitation susceptible d'affecter les espèces les plus prisées. Certaines espèces, comme les vers de farine, sont déjà produites à une échelle commerciale afin d'être utilisées sur des marchés de niche comme l'alimentation des animaux domestiques, les zoos et la pêche de loisir.

Une automatisation accrue de la production rabaisserait les coûts à un niveau qui pourrait inciter le secteur agroalimentaire à substituer la farine d'insecte à la farine de poisson afin, par exemple, de nourrir les élevages. Une telle substitution aurait pour avantage d'augmenter l'offre de poisson disponible pour la consommation humaine.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO se félicite de l'adoption du premier Plan d'action mondial pour les ressources génétiques forestières

En savoir plus





Coup de projecteur