L'UNICEF condamne le recrutement et le meurtre d'un enfant-soldat en République centrafricaine

Des enfants déplacés par les violences en République centrafricaine participent à une classe en plein air dans un camp. Photo: HCR/D. Mbaiorem

10 mai 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a fermement condamné vendredi le recrutement et le meurtre d'un garçon de 17 en République centrafricaine. Le 24 avril, le garçon et un jeune homme de 19 ans avaient été ordonnés par le groupe armé rebelle de la Séléka de voler un véhicule dans la capitale Bangui. Découvert, les deux ont été lynchés par une foule.

« Tous les enfants ont le droit à la protection. Le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats est l'une des plus graves violations des droits des enfants selon la résolution 1612 du Conseil de sécurité et ceux qui commettent de telles violations doivent être poursuivis », a déclaré la porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, dans un communiqué de presse à Genève.

Selon les informations de l'UNICEF, une foule a lapidé le garçon et le jeune homme alors que l'officier de la Séléka qui avait donné l'ordre de voler le véhicule a réussi à prendre la fuite.

Dans un communiqué de presse, le Représentant de l'UNICEF en République centrafricaine, Souleymane Diabaté, a exprimé ses condoléances aux familles des deux jeunes et il a exhorté à un redoublement d'effort pour lutter contre le recrutement de mineurs dans les groupes armés.

Mme Mercado a affirmé que les deux jeunes avaient été démobilisés du groupe armé rebelle de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et transféré à Bangui avant d'être recrutés de nouveau par la Séléka lorsque ce groupe avait saisi la ville en mars.

La porte-parole a rappelé que la crise humanitaire en République centrafricaine continue de se détériorer, et cela affecte en particulier les enfants. La majorité des écoles sont fermés ainsi qu'un grand nombre de centres de santé et de nombreux dépôts d'aide humanitaire et de denrées alimentaires ont été pillées.

« Actuellement, il y a une épidémie de rougeole à Bangui dans un contexte de manque de capacité des services de santé publiques et les risques pour les enfants sont énormes. L'UNICEF appelle les autorités à établir la sécurité et le respect des lois au plus vite afin de protéger les civils, et en particulier les femmes et les enfants », a souligné Mme Mercado.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Nouvelle détérioration de la situation humanitaire en République centrafricaine, selon l'OCHA

En savoir plus




Coup de projecteur