Nouvelle détérioration de la situation humanitaire en République centrafricaine, selon l'OCHA

Au centre communautaire Don Bosco, situé à Bangui, le PAM distribue des rations alimentaires aux Centrafricains déplacés. Photo: PAM/Charlene Cabot

6 mai 2013 – Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a annoncé lundi que la situation humanitaire en République centrafricaine (RCA) ne cessait de se détériorer et que la totalité de la population de ce pays – 4,6 millions de personnes – était désormais touchée par la crise.

Parallèlement, lors de la toute première réunion du Groupe de contact international sur la RCA, qui s'est tenue vendredi à Brazzaville, en République du Congo, le Secrétaire général Ban Ki-moon a rappelé que la priorité numéro 1 était de rétablir l'ordre constitutionnel dans le pays, comme le prévoient les Accords de Libreville, qui fournissent le cadre de la transition politique.

« Je suis encouragé par les progrès réalisés afin de veiller à l'élargissement du Conseil national de transition et lui permettre d'être davantage inclusif », indique le chef de l'ONU dans un discours lu par son Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, Tayi-Brook Zerihoun.

« Je reste très préoccupé par le niveau d'insécurité sans précédent, ainsi que par l'effondrement total l'état de droit dans le pays. À cet égard, je salue la décision de la Communauté économique des États d'Afrique Centrale (CEEAC) de déployer des troupes additionnelles et appelle l'Union africaine (UA) et la communauté internationale à soutenir ces efforts », ajoute M. Ban.

Le Secrétaire général remercie en outre l'Union d'avoir invité les Nations Unies à se joindre à la mission d'évaluation des besoins de la force régionale de maintien de la paix, qui servira à déterminer les priorités en matière d'assistance à cette force.

M. Ban a également rappelé l'importance de mettre fin aux violations graves des droits de l'homme signalées dans le pays, telles que les attaques ciblées, les pillages, les violences sexuelles et l'enrôlement et l'utilisation d'enfants-soldats.

Selon l'OCHA, plus de 173.000 Centrafricains ont été déplacés depuis décembre 2012 et 49.000 se sont réfugiés dans les pays voisins. L'insécurité empêche l'aide humanitaire de parvenir à de nombreux nécessiteux et les personnels humanitaires travaillant à l'extérieur de la capitale Bangui s'exposent à des risques considérables dans le cadre de leur action.

Même avant la crise, 3,2 millions de personnes dans le pays étaient privés d'accès aux soins de santé et près de 80.000 autres étaient touchées par la malnutrition aigue, affirme l'OCHA. Toutes les écoles publiques sont actuellement fermées.

Au 2 mai 2013, l'Appel humanitaire lancé par les Nations Unies en faveur de la RCA n'était financé qu'à hauteur de 26%.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité préoccupé par l'aggravation de la situation en République centrafricaine

En savoir plus





Coup de projecteur