Le Secrétaire général condamne fermement les meurtres d'un chef de tribu et d'un Casque bleu à Abyei

5 mai 2013 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon a lancé ce weekend un appel au calme à Abyei, une zone contestée par le Soudan et le Soudan du Sud, suite aux meurtres d'un chef de tribu et d'un Casque bleu de la Force intérimaire de sécurité des Nations unies pour Abyei (FISNUA), sur fond de tensions toujours très vives dans la région.

«Le Secrétaire général condamne fermement l'assassinat du chef suprême Ngok Dinka DengKuol Deng et d'un Casque bleu de la FISNUA lors d'une attaque perpétrée par un assaillant Misseriya contre un convoi FISNUA dans la zone d'Abyei », indique la déclaration transmise par le porte-parole de M. Ban dans la soirée de samedi.

Deux autres soldats ont été grièvement blessés dans l'incident, qui semble avoir opposé des agriculteurs Ngok Dinka et des tribus pastorales Misseriya. Les deux communautés se sont affrontées à plusieurs reprises par le passé, en particulier dans la zone située entre le Soudan et le Soudan du Sud, dépourvue de frontières clairement délimitées.

Dans sa déclaration, le Secrétaire général adresse ses plus sincères condoléances à la communauté Dinka Ngok et au gouvernement de l'Éthiopie, le pays d'origine du Casque bleu tué, ainsi qu'aux familles des victimes et des blessées.

« Le Secrétaire général exhorte les gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud et les communautés Ngok Dinka et Misseriya à rester calmes et à éviter toute escalade […] », a ajouté le porte-parole.

« Ceci prouve encore une fois l'importance cruciale pour les deux gouvernements de mettre en place les institutions provisoires tel que stipulé dans l'Accord du 20 juin 2011 et de poursuivre les discussions sur le statut final de la région d'Abyei », poursuit le communiqué.

Signé par le gouvernement du Soudan et des représentants du Soudan du Sud avant l'indépendance officielle de ce pays, l'Accord appelle notamment à démilitariser Abyei et à mettre en place un service administratif et policier.

Le Conseil de sécurité a créé la Force intérimaire la semaine suivante afin de superviser les progrès dans la mise en œuvre de l'Accord, autorisant les Casques bleus à recourir au besoin à la force pour protéger civils et travailleurs humanitaires.

Dans un tweet en date d'aujourd'hui, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Toby Lanzer, a déclaré que la situation à Abyei était « tendue ». M. Lanzer, qui est également le Coordonnateur résident et humanitaire des Nations Unies dans le pays, a ajouté que « la Force intérimaire renforcer ses patrouilles afin de maintenir le calme ».

La priorité récente de la MINUSS a été de désamorcer les tensions ethniques dans le pays. En février dernier, la chef de la Mission, Hilde Johnson, avait participé à une conférence de paix de trois jours entre les peuples Misseriya et Dinka Malual. Elle avait assuré à cette occasion les participants du soutien constant de la MINUSS et de la communauté internationale, que ce soit sur le plan logistique ou par des «appels au calme », à toutes les initiatives de paix dans la région.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban félicite le Soudan et le Soudan du Sud de leurs conclusions positives sur la mise en œuvre des Accords post-sécession

Coup de projecteur