Le Conseil de sécurité préoccupé par l'aggravation de la situation en République centrafricaine

29 avril 2013 – A l'issue d'un exposé de Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, les membres du Conseil de sécurité ont exprimé lundi leur vive préoccupation quant à la situation humanitaire et sécuritaire en République centrafricaine, qui ne cesse de s'aggraver et l'affaiblissement de ses institutions.

Dans une déclaration à la presse à l'issue de leurs consultations, ils ont appelé les autorités compétentes à rétablir la paix et la sécurité à Bangui et à l'extérieur de la capitale en déployant des forces suffisantes, ainsi que toutes les parties à permettre un accès humanitaire sûr et sans entraves dans le pays.

Les dirigeants de la Séléka, qui ont pris le pouvoir le 24 mars, sont appelés à veiller à ce que les groupes armés qui dépendent de cette coalition s'abstiennent de toute action violente et se regroupent dans les meilleurs délais dans les sites de cantonnement, conformément à l'Accord de Libreville.

La déclaration exprime aussi de sérieuses préoccupations quant aux allégations de graves violations des droits humains, les membres du Conseil demandant l'ouverture d'une enquête rapide afin de traduire en justice tous les auteurs de ces actes.

Avec à l'esprit la première réunion du Groupe international de contact, prévue à Brazzaville le 3 mai, les membres du Conseil appellent à la mise en œuvre rapide de la Déclaration de N'Djamena et encouragent le Premier ministre centrafricain, qui se trouve actuellement au Cameroun, à exercer pleinement les pouvoirs exécutifs qui lui sont conférés par l'Accord de Libreville et la Déclaration de N'Djamena.

Ils appellent à la désignation rapide d'un gouvernement inclusif et à la tenue d'élections dans les 18 mois à venir, rappelant qu'au terme de la Déclaration de N'Djamena du 18 Avril, le chef de l'Etat, le Premier Ministre, les membres du gouvernement de transition ainsi que certains membres du Conseil national de transition ne pourront pas être candidats à ce scrutin.

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur préoccupation face à la récente pause des opérations pour contrer l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) en République centrafricaine. Ils ont exhorté tous les pays concernés à reprendre leurs efforts pour lutter contre la menace posée par la LRA, dès que possible.

Les efforts déployés pour résoudre la crise par les Nations Unies, y compris par le BINUCA, dans un environnement très difficile, sont salué par les membres du Conseil, qui expriment leur volonté d'envisager d'autres options pour stabiliser la République centrafricaine.


News Tracker: autres dépêches sur la question

République centrafricaine : l'ONU appelle au rétablissement de la sécurité et au retour complet à l'ordre constitutionnel

En savoir plus





Coup de projecteur