Les partenariats, un atout pour relever les défis du développement durable, selon un forum de l'ONU

L’ECOSOC lors du forum « Établir des partenariats en faveur de solutions novatrices pour le développement durable ». Photo: ONU/Eskinder Debebe

24 avril 2013 – Les Nations Unies cherchent à tirer parti des bienfaits de la science, de la technologie et de l'innovation pour créer des emplois, éradiquer la pauvreté, réduire les inégalités et répondre à d'autres défis de développement durable, ont affirmé mercredi de hauts fonctionnaires de l'ONU aux partenaires de l'Organisation alors que le compte à rebours des 1.000 jours avant la date-butoir des Objectifs du Millénaire pour le développement est enclenché.

« J'apprécie l'occasion de discuter des défis qui se posent au niveau mondial pour réaliser le développement durable – et la manière dont nous pourrons associer tous nos partenaires dans la promotion d'une telle cause », a indiqué le Secrétaire général Ban Ki-moon dans le cadre d'un forum intitulé « Établir des partenariats en faveur de solutions novatrices pour le développement durable ».

Cette réunion était organisée par le Département des affaires économiques et sociales (DESA), conjointement avec l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l'Union internationale des télécommunications (OMPI), l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Bureau des Nations Unies pour les partenariats, le Pacte mondial et le Forum mondial pour les partenariats.

Cette journée a rassemblé des représentants du système des Nations Unies, des États Membres, du secteur privé, des fondations philanthropiques et de la société civile dans l'espoir de booster les efforts à l'appui des OMD et de l'agenda de développement durable post-2015.

« L'apprentissage technologique et la capacité d'innovation sont déterminants pour permettre de fournir des services de base pour tous et donc fondamentale pour veiller au développement durable universel », a de son côté souligné le Président du Conseil économique et social (ECOSOC).

« L'absence de telles capacités impose des contraintes à la mise en œuvre de technologies existantes dans tous les secteurs, notamment ceux de la santé, de l'éducation, de l'agriculture et des changements climatiques, pour n'en nommer que quelques-uns », a poursuivi M. Osorio.

Pour parvenir à des résultats solides à l'avenir, un partenariat mondial renouvelé en faveur du développement doit s'ouvrir à la diversité et reconnaître les rôles de toutes les parties prenantes, y compris des organisations philanthropiques », a-t-il ajouté.

La manifestation d'aujourd'hui s'est répartie entre des dialogues politiques et des « concertations », qui s'efforçaient de réfléchir aux solutions potentielles aux défis de développement auxquels fait face l'Afrique. Mo Ibrahim, Président de la Fondation qui porte son nom et décerne chaque année un prix pour la bonne gouvernance et le leadership en Afrique, a également pris la parole.

Compte-tenu de l'importance des partenariats dans les travaux des Nations Unies, M. Ban a annoncé aujourd'hui son intention de créer un Mécanisme pour la promotion des partenariats de l'ONU, « afin de réaliser pleinement leur potentiels ».

« Le Mécanisme nous aiderait à nous acquitter de l'ensemble de nos mandats aux niveaux international et national », a expliqué M. Ban. Tandis que les agences, fonds et programmes des Nations Unies poursuivraient les activités dont ils ont la charge, le Mécanisme comblerait, stratégiquement et systématiquement, toutes les lacunes existantes, et consoliderait les partenariats existants.

Les conclusions des réunions d'aujourd'hui seront présentées lors de la réunion ministérielle de haut niveau de l'ECOSOC, qui se tiendra en juillet à Genève.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Fardeau des pays riches et pauvres, la dette menace l'agenda de développement de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur