Les enfants centrafricains privés d'éducation, s'alarme l'UNICEF

Une jeune fille du village de Mélé, en République centrafricaine. Photo: UNICEF/Pierre Holtz

23 avril 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) s'est joint mardi aux appels d'autres agences de l'ONU pour alerter quant à l'aggravation rapide de la situation en République centrafricaine, où la scolarité des enfants est gravement perturbée par le conflit.

« Les nouvelles autorités de facto doivent accorder une priorité à la protection des enfants et aux investissements dans le système éducatif afin de respecter leur droit à l'éducation et redonner espoir à toute une génération d'enfants », a déclaré le Représentant de l'UNICEF en République centrafricaine, Souleymane Diabaté.

Plus d'un million d'enfants ne sont pas scolarisés dans ce pays, où le gouvernement légitime a été renversé par un coup d'état des rebelles de la Séléka, le 24 mars dernier. Au moins 250.000 élèves et 30.000 lycéens risquent de perdre toute l'année scolaire si les écoles ne rouvrent pas leurs portes dans les semaines à venir, prévient le Fonds.

Le système éducatif dans le pays était déjà « très faible » avant la crise. Le taux d'alphabétisation pour les filles y est de seulement 27,4%, celui des garçons de 51,1%. Près de 65% des enseignants sont des parents volontaires sans formation qualifiante.

Parmi les obstacles majeurs à la réouverture des écoles, figure l'exode des enseignants, qui sont nombreux à avoir fui les violences et n'ont pas encore pris le chemin du retour. En outre, l'insécurité empêche la distribution de fournitures scolaires.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Plus de 2.000 enfants enrôlés par les groupes armés en République Centrafricaine, affirme l'UNICEF

En savoir plus





Coup de projecteur