Darfour : le Secrétaire général condamne le meurtre d'un Casque bleu de la MINUAD

Des soldats du contingent nigérian de la MINUAD, stationnés à El Daein, au Darfour oriental, le 9 octobre 2012. Photo: MINUAD/Albert González Farran

19 avril 2013 – Ban Ki-moon a condamné vendredi la mort d'un Casque bleu nigérian de l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), qui a succombé aux tirs d'un assaillant armé non identifié

Cette attaque a été perpétrée aujourd'hui même contre une position militaire de l''Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) à Muhajeria, dans l'est du Darfour. Deux autres Casques bleus ont également été blessés.

« Le Secrétaire général condamne dans les termes les plus fermes ceux qui sont responsables de ces attaques et appelle les autorités à lancer immédiatement des poursuites pénales contre leurs responsables », indique la déclaration transmise par le porte-parole de M. Ban

Le chef de l'ONU se dit en outre profondément préoccupé par les restrictions imposées à la MINUAD et au personnel humanitaire par les autorités soudanaises, qui empêchent la fourniture d'aide aux civils affectés par les récents incidents entre le gouvernement et les forces de la faction Mini Minawi de l'Armée de libération du Soudan dans les villes de Muhajeria et Labado, situées dans l'est du Darfour.

« Il appelle les autorités à autoriser un accès immédiat à la MINUAD et au personnel humanitaire, afin de leur permettre d'atteindre sans entrave les civils qui ont besoin d'assistance. »

Environ 18.000 personnes déplacées se sont regroupées autour de cette position de la MINUAD, près des villages de Muhajeria et Labado, depuis le 6 avril, date à laquelle des combats ont éclaté entre les forces gouvernementales et la faction Minni Minawi.

La MINUAD indique qu'elle a ouvert une enquête sur les circonstances dans lesquelles cet incident s'est produit et travaille en étroite coordination avec les autorités soudanaises pour trouver les auteurs de cet acte et les faire traduire en justice. Elle rappelle que « toute attaque contre des forces internationales de maintien de la paix est considéré comme un crime au regard du droit international ».

En début de semaine, le Secrétaire général s'était exprimé sur d'autres attaques meurtrières, sans relation avec celle-ci, commises au Soudan du Sud, rappelant à cette occasion que « les meurtres de Casques bleus constituent un crime de guerre qui relève de la compétence de la Cour pénale internationale ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : l'ONU condamne le meurtre de cinq de ses Casques bleus et de sept personnels civils

En savoir plus





Coup de projecteur