L'Assemblée générale organise un débat pour renforcer les synergies entre l'ONU et le G20

La salle de l'Assemblée générale de l'ONU. Photo ONU/Eskinder Debebe

15 avril 2013 – L'Assemblée générale des Nations Unies a organisé lundi un débat thématique avec le G-20, qui est composé des 20 nations les plus développées au monde, afin de renforcer l'interaction entre les deux organismes et d'améliorer la gouvernance économique mondiale.

« Le G-20 est devenu un forum mondial de premier plan où des choix économiques importants sont faits par les États qui en sont membres. Ces choix ont d'importantes conséquences dans le monde et touchent d'une manière ou d'une autre les autres États Membres de l'ONU sur les plans économique, politique et social », a déclaré le Président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremic, dans son allocution d'ouverture.

« D'aucuns représenteraient le G-20 comme un mécanisme exclusif de dialogue entre les économies les plus avancées qui seraient en mesure d'agir rapidement et de manière décisive contre la crise économique et commerciale mondiale », a-t-il poursuivi, rappelant que l'Assemblée générale Unies était « le seul forum véritablement mondial » offrant une voix et un poids égal à chacun de ses membres.

« L'Assemblée générale devrait devenir un lieu d'interaction entre les institutions financières et commerciales internationales, le G-20 et les États non membres de ce groupe pour échanger points de vue et informations », a-t-il plaidé.

Dans son discours, M. Jeremic a nommé plusieurs façons de mieux formaliser les pratiques ad-hoc pour renforcer les relations entre l'Assemblée générale et le G20, présidée cette année par la Fédération de Russie. Parmi ces mesures, il a notamment proposé que le Secrétaire général de l'ONU soit systématiques convié aux Sommets du G20.

Ce débat intervient dix jours après le coup d'envoi des 1.000 jours avant la date-butoir de 2015 des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et alors même que les priorités pour la période post 2015 sont en train d'être précisées.

De son côté, le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a rappelé l'importance d'une gouvernance économique mondiale juste et équitable dans le cadre du travail pour le développement maintenant et pour la période après 2015.

« Il est essentiel que le G-20 renforce sa coopération avec les Nations Unies », a-t-il précisé en encourageant ses États Membres à consacrer 0,7% de leur Produit intérieur brut (PIB) à l'aide publique au développement.

« Il reste 1.000 jours pour atteindre la date-butoir des OMD et les institutions financières doivent unir leurs efforts pour y parvenir », a insisté M. Eliasson.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban mobilise États Membres et personnels de l'ONU à 1.000 jours de l'échéance des Objectifs du Millénaire pour le développement

Coup de projecteur