Iraq : l'ONU condamne le meurtre, à une semaine du scrutin, d'un candidat aux élections provinciales

Des enfants palestiniens bédouins dans le village d’al-Hadidiya, en Cisjordanie, déclaré "zone militaire" par Israël. Photo: IRIN/Phoebe Greenwood

14 avril 2013 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Martin Kobler, a vigoureusement condamné dimanche le meurtre de Najm Al-Harbi, un candidat aux élections provinciales qui doivent se dérouler samedi prochain dans l'ensemble du pays.

« Le Représentant spécial condamne toutes les formes de violences électorales et présente ses sincères condoléances à la famille de M. Al-Harbi », indique le communiqué de presse transmis par la Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI), dirigée par M. Kobler.

Najm Al-Harbi était la tête de liste du parti Al-Arabiya dans la province de Diyala. D'après les médias, une bombe a explosé lors du passage de son convoi au nord-est de Bakuba, le tuant lui et trois autres personnes, dont deux de ses frères. M. Al-Harbi serait le 14ème candidat à ces élections à être assassiné.

Hier, le Représentant spécial des Nations Unies pour l'Iraq, Martin Kobler, avait pourtant salué le déroulement sans heurts de la première phase des élections aux Conseils du gouvernorat, dans le cadre de laquelle militaires et policiers iraquiens avaient voté dans le calme une semaine avant le reste des électeurs.

L'autorité électorale du pays, la Haute Commission électorale indépendante, a démontré selon M. Kobler « un haut degré de professionnalisme dans la conduite de cette première élection sous leadership iraquien ».

« Maintenant que la police et l'armée ont exercé leur droit de vote, tous les regards sont braqués sur l'échéance du 20 avril », précisait le Représentant spécial, pour qui les forces de sécurité doivent garantir un environnement libre et sûr pour les électeurs.

Au moins 15,5 millions d'Iraquiens se rendront aux bureaux de vote samedi prochain, d'après la Haute Commission, pour élire 8.000 candidats à 378 sièges au sein des conseils. Ce scrutin est le premier à se tenir en Iraq depuis les élections parlementaires de 2010. Une fois élus, les conseillers nommeront les gouverneurs chargés de l'administration, des finances et des projets de reconstruction des provinces.

« Il est de la plus haute importance que les électeurs puissent voter en l'absence de toute violence, menaces et tentatives d'intimidation », avait insisté M. Kobler dans sa déclaration d'hier.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : le gouvernement doit se mettre à l'écoute des revendications citoyennes, affirme Martin Kobler

En savoir plus





Coup de projecteur