Le Secrétaire général se félicite des efforts des Présidents soudanais et sud-soudanais pour résoudre la question d'Abyei

Le Président du Soudan Omar Al-Bachir et le Président du Soudan du Sud Salva Kiir en juillet 2011. Photo ONU/Isaac Billy

13 avril 2013 – Ban Ki-moon s'est déclaré vendredi « encouragé » par le dialogue positif entre les Présidents du Soudan du Sud et du Soudan, MM. Salva Kiir et Omar Al-Bachir, respectivement, ce dernier étant en ce moment même pour la première fois en visite officielle à Juba, la capitale sud-soudanaise. Les deux dirigeants se sont engagés à poursuivre leurs efforts pour résoudre la question d'Abyei.

Le Secrétaire général s'est déclaré « encouragé par les discussions constructives qu'ils ont eues sur la mise en œuvre des accords qu'ils ont signés à Addis-Abeba, en Éthiopie, le 27 septembre 2012 et les invite à maintenir cet élan positif », indique la déclaration officielle transmise dans la soirée par le porte-parole de M. Ban.

Issue de sa sécession d'avec le Soudan, le Soudan du Sud est la plus jeune nation du monde et a été proclamé, le 14 juillet 2011 par l'Assemblée générale, 193ème État Membre des Nations Unies. Depuis le mois de mai de la même année, les tensions sont allées grandissantes à la frontière entre les deux pays, dans les états fédérés soudanais du Nil Bleu, du Kordofan méridional et de la région d'Abyei – riche en pétrole et qui bénéficie d'un statut administratif spécial.

Ces régions sont le théâtre d'affrontements entre Khartoum et Juba, qui se livrent à des combats entre forces armées respectives, mais aussi par milices et groupes rebelles interposés. Ces violences ont été à l'origine de déplacements massif de populations.

Dans la déclaration d'hier, le Secrétaire général « félicite les deux Présidents pour leur décision de poursuivre leurs efforts afin de résoudre la question d'Abyei, conformément à la matrice de mise en œuvre » et les exhorte à régler leurs différends à ce sujet.

A la fin du mois de mars, la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) avait été en mesure de dépêcher la toute première mission de vérification du retrait des forces des deux pays de la zone démilitarisée située à proximité de leur frontière commune. Le Conseil de sécurité avait en effet établi un Mécanisme conjoint de vérification et de surveillance de la frontière, formé de représentants soudanais et sud-soudanais. Cette mission, selon la FISNUA, a confirmé « qu'il n'y avait pas de présence de forces armées » à Tishwin et à Kiir Adem, qui se trouvent à l'intérieur de la zone démilitarisée d'Abyei.

Le Secrétaire général s'est également félicité de la reprise de la production pétrolière, « signe important de progrès vers la normalisation des relations entre les deux parties ». Après avoir suspendu ses exportations pétrolières l'an dernier, le Soudan du Sud avait accepté en mars dernier de les reprendre. Les médias indiquent que le premier cargo devrait atteindre Port-Soudan le mois prochain.

Parallèlement, hier, la Mission des Nations Unies a rendu hommage aux 12 collègues tués dans une embuscade le 9 avril dans l'état de Jonglei. Parmi les victimes, se trouvaient cinq Casques bleus dont les corps ont été rapatriés en Inde, d'où ils étaient originaires. Les « soldats de la paix » ont été salués pour le courage dont ils ont fait preuve pour protéger le convoi civil qu'ils escortaient.

Le Secrétaire général, sa Représentante spéciale pour le Soudan du Sud et le Conseil de sécurité ont vigoureusement condamné cette attaque et exhorté les autorités du pays à faire traduire ses auteurs en justice.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban se félicite de l'accord entre le Soudan et le Soudan du Sud sur la création d'une zone frontalière démilitarisée

En savoir plus


Coup de projecteur