Ban appelle le gouvernement syrien à autoriser l'enquête sur les allégations d'utilisation d'armes chimiques

Des garçons jouent autour d’un tank détruit de l’armée syrienne, au nord-ouest d’Alep. Photo: UNICEF/Romenzi

9 avril 2013 – Devant leur refus manifeste de ses propositions, le Secrétaire général Ban Ki-moon a prié mardi les autorités syriennes de coopérer pleinement avec les inspecteurs chargés d'enquêter sur les allégations d'emploi d'armes chimiques en Syrie.

Lundi, M. Ban avait annoncé que l'ensemble des préparatifs techniques et logistiques étaient achevés et que l'équipe était prête à être déployée sous 24 heures. Le 20 mars, le gouvernement syrien avait demandé « une mission spécialisée, impartiale et indépendante » afin d'enquêter sur un incident spécifique.

« Je regrette que le gouvernement syrien n'ait pas encore approuvé les modalités que j'ai proposées pour la mission d'enquête sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans plusieurs sites en Syrie », a déclaré M. Ban lors d'une conférence de presse donnée à Rome, où il a rencontré des dirigeants italiens.

Tout en prenant acte des informations faisant état d'un refus de Damas, le chef de l'ONU a précisé qu'il n'avait reçu aucune notification officielle. « Je voudrais rappeler que le gouvernement syrien a lui-même formulé le 20 mars des accusations concernant l'utilisation d'armes chimiques sur son territoire, puis les gouvernements de la France et du Royaume-Uni le 21 mars. »

« Mon mandat m'oblige à prendre en considération les requêtes de tout État membre pour l'ouverture d'une telle enquête », a rappelé le Secrétaire général. L'enquête devait porter sur un incident qui se serait produit dans le quartier de Khan al-Asal, à Alep, en mars dernier, et des allégations d'emploi d'armes chimiques à Homs en décembre 2012.

« J'appelle le gouvernement syrien à offrir sa pleine coopération et à permettre l'enquête de débuter. La mission est prête, l'équipe est prête à être déployée. Les inspecteurs sont stationnés à Chypre. J'espère sincèrement que le gouvernement syrien acceptera les modalités que j'ai proposées pour la mission », a ajouté M. Ban.

En savoir plus





Coup de projecteur