Soudan du Sud : l'ONU condamne le meurtre de cinq de ses Casques bleus et de sept personnels civils

Un civil blessé arrive à Juba après une embuscade tendue à un convoi de la MINUSS par des individus non identifiés, près de Gumurk, dans l’état de Jonglei, le 9 avril. Photo: MINUSS/Isaac Billy

9 avril 2013 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est déclaré mardi « consterné » après l'attaque perpétrée ce matin contre un convoi de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), qui a coûté la vie à cinq Casques bleus indiens et sept personnels civils.

Les douze victimes sont tombées dans une embuscade tendue par des individus non identifiés à proximité du village de Gurumuk, dans l'État de Jonglei. Neuf autres Casques bleus et personnels civils ont été blessés et certains sont portés disparus.

« Le Secrétaire général appelle le gouvernement du Soudan du Sud à faire traduire en justice les auteurs de ce crime. Il rappelle que le meurtre de Casques bleus est un crime de guerre qui relève de la compétence de la Cour pénale internationale », indique la déclaration transmise par le porte-parole de M. Ban.

M. Ban a présenté ses condoléances aux gouvernements de l'Inde et du Soudan du Sud, ainsi qu'aux familles des victimes.

L'attaque a également été vigoureusement condamnée par le Conseil de sécurité dans une déclaration lue à la presse par son Président pour le mois d'avril et Représentant permanent du Rwanda, Eugène-Richard Gasan, ainsi que par la Représentante spéciale du Secrétaire général pour le Soudan du Sud, Hilde Johnson, qui dirige la MINUSS.

Les Casques bleus effectuent régulièrement des patrouilles dans ce secteur de l'État de Jonglei afin d'y assurer la protection des civils et escorter les convois d'aide humanitaire. Plus vaste État du Soudan du Sud, Jonglei est le théâtre de violences intercommunautaires depuis la sécession de ce pays du Soudan, en juillet 2011.

La MINUSS a été déployée par le Conseil de sécurité le même mois afin de consolider la paix et la sécurité dans la plus jeune nation du monde et y contribuer à l'établissement de conditions propices au développement.

Par ailleurs, la semaine dernière, la Mission avait rendues publiques les conclusions de son enquête au sujet d'un incident, survenu le 8 février dernier, au cours duquel au moins 85 gardiens de troupeaux, principalement des femmes et des enfants, ont été massacrés. Un groupe d'hommes armés, vraisemblablement issus de la tribu Murle, aurait attaqué des éleveurs Lou Nuer alors que ceux-ci conduisaient leurs troupeaux vers des pâturages, affirme la Mission.

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a appelé les autorités sud-soudanaises à ouvrir leur propre enquête dans les plus brefs délais afin de déterminer les circonstances exactes de cette attaque « odieuse » et de faire traduire ses auteurs en justice afin de mettre fin au cercle vicieux de la violence et de l'impunité.

« Cette attaque ne dissuadera pas la MINUSS et ses Casques bleus d'effectuer leur travail et de protéger les communautés vulnérables au Soudan du Sud », a affirmé la Représentant spéciale Johnson. « Nous sommes déterminés à poursuivre notre mission à l'appui des autorités afin de rétablir la paix dans le pays. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un Casque bleu blessé dans une embuscade au Soudan du Sud

Aucun résultat
Aucun résultat