La MANUA condamne une attaque des talibans contre des fonctionnaires afghans

Les pertes civiles ont décliné en 2011 en Afghanistan, mais les attaques contre les femmes, enfants et personnalités politiques sont en hausse. Photo: MANUA/Iason Nikolas Foounten

4 avril 2013 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, Jan Kubis, a condamné jeudi une attaque meurtrière des talibans contre des représentants du gouvernement dans la province de Farah, situé dans le sud-ouest du pays, réitérant la nécessité de protéger les civils.

« Les Nations Unies appellent une fois de plus les talibans à respecter leurs engagements à protéger les civils », déclare dans un communiqué de presse M. Kubis, qui est aussi le chef de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Au moins 41 personnes ont été tuées mercredi, dont deux juges et six procureurs, lors d'une attaque meurtrière qui a également fait une centaine de blessés. Cette attaque est la plus meurtrière commise en Afghanistan depuis décembre 2011.

La MANUA a transmis ses profondes condoléances aux familles et proches des victimes et souhaité un rétablissement rapide aux blessés. Selon la MANUA, les auteurs de l'attaque auraient cherché à faciliter l'évasion de 15 prisonniers talibans lors de leur transfert vers un tribunal.

Les talibans ont revendiqué l'attaque dans une déclaration qui affirme que les fonctionnaires civils du tribunal et des bureaux des procureurs étaient visés. M. Kubis a rappelé que les talibans ont à plusieurs reprises promis de protéger les civils et que les que le terme de « civils ayant besoin de protection » est clairement défini dans le droit international.

« Le droit humanitaire international définit les civils comme ceux qui ne participent pas directement aux hostilités et ne sont pas combattants, tels que des employés civils des gouvernements », rappelle la MANUA. « Ces attaques sont interdites en toute circonstances et peuvent être assimilées à des crimes de guerre ».

« Devant cette recrudescence des hostilités, la MANUA souligne de nouveau les obligations qui incombent à toutes les parties prenantes de prendre les mesures nécessaires afin de protéger les civils », précise le communiqué de presse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Afghanistan : le Conseil de sécurité proroge d'un an le mandat de la MANUA

En savoir plus





Coup de projecteur