L'ONU signe avec la RDC un communiqué conjoint pour lutter contre les violences sexuelles dans ce pays

La Représentante spéciale chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Zainab Hawa Bangura. Photo: ONU/Cristina Silveiro

2 avril 2013 – Au terme d'une mission de dix jours en en République démocratique du Congo (RDC), la Représentante spéciale chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Zainab Hawa Bangura, a annoncé mardi la signature avec le gouvernement d'un accord visant à prévenir et résoudre le problème des violences sexuelles qui se posent dans ce pays.

« Je suis préoccupée par l'ampleur des violences sexuelles liées au conflit en RDC. Mais j'ai aussi été encouragée par les mesures prises par le gouvernement congolais et le travail effectué par l'ONU et ses partenaires, notamment pour la création d'une base de données nationale et l'élargissement de services auprès des survivantes », déclare Mme Bangura dans un communiqué de presse.

« De nombreux défis subsistent toutefois. Nous nous sommes engagés à aider le gouvernement et j'espère et crois sincèrement que le Communiqué conjoint sera un bon outil à cet égard », a-t-elle ajouté.

Ce document fixe les engagements pris par la RDC dans les domaines de la lutte contre l'impunité pour les crimes de violence sexuelle, l'accélération des efforts de réforme du secteur de la sécurité, la création de mécanismes de vérification lors de la réintégration des ex-combattants dans l'armée nationale, l'assurance d'un meilleur contrôle des ressources minérales et des services renforcés pour les victimes.

Lors de sa mission, la Représentante spéciale s'est entretenue avec le Président du pays, Joseph Kabila, le Premier Ministre, le Procureur général, ainsi que des représentants des autorités locales et des survivantes de violences sexuelles. Elle a également rencontré des membres des forces armées congolaises et de la police nationale, des leaders religieux, des personnels de santé et plusieurs ONG. Mme Bangura s'est rendue dans trois provinces de l'Est, où sévit le conflit, à savoir le Nord-Kivu et le Sud-Kivu et l'Ituri, dans la Province Orientale.

Elle s'est également félicitée de l'adoption par le Conseil de sécurité d'une résolution dotant la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) d'une brigade d'intervention. La RDC ne peut pas laisser son image se ternir et être prise en otage par les auteurs de violences sexuelles. Nous devons créer un nouveau récit pour la RDC. Mais seuls les Congolais, avec le soutien de la communauté internationale, peuvent le faire. Ma visite et la décision du Conseil de sécurité confirment l'engagement de la communauté internationale auprès d'eux », ajoute la Représentante spéciale.

En savoir plus





Coup de projecteur