Un expert de l'ONU condamne une attaque contre un camp de déplacés au Pakistan

Des personnes déplacées s’enregistrent auprès du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans le camp de Jalozai, situé au Pakistan. Photo: IRIN/Tim Irvin

28 mars 2013 – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées, Chaloka Beyani, a condamné vendredi une attaque commise contre le plus grand camp de personnes déplacées au Pakistan, exigeant le renforcement de leur protection mais aussi de meilleures conditions d'accueil dans le camp.

« Il est inacceptable que des personnes déplacées innocentes meurent », s'est indigné M. Beyani en présentant ses condoléances aux familles des victimes. Le 21 mars, dix civils et un travailleur humanitaire ont été tués et de nombreuses autres personnes blessées après l'explosion d'une bombe dans le camp.

« La dimension humanitaire du camp doit être respectée et des mesures de sécurité adéquates mises en place de toute urgence pour protéger les personnes déplacées et permettre aux agences de travailler en sécurité », a souligné M. Beyani en appelant les autorités pakistanaises à ouvrir une enquête et à faire traduire les auteurs de l'attaque en justice.

La bombe était dissimulée dans une voiture garée à l'intérieur du camp, situé dans le district de Nowshera, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa.

« De telles attaques contre des camps de déplacés sont interdites en toutes circonstances. Les travailleurs humanitaires doivent être protégés et ne peuvent être la cible d'attaques », a insisté M. Beyani, qui les a qualifiée d' « inhumaines » et de contraires au droit humanitaire international.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pakistan : le HCR condamne les attaques à la bombe perpétrées contre un camp de déplacés

En savoir plus





Coup de projecteur