Le Conseil de sécurité gravement préoccupé par la présence de groupes armés dans le Golan syrien

Un poste d’observation de la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD), dan le Golan syrien. Photo: ONU/Gernot Maier

27 mars 2013 – Le Conseil de sécurité s'est déclaré mercredi gravement préoccupé par la présence de forces gouvernementales syriennes et de troupes de l'opposition dans le Golan syrien et a appelé les deux parties à respecter la liberté de mouvement des Casques bleus et à garantir la sûreté et la sécurité du personnel de l'ONU déployé sur place.

« Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur profonde préoccupation devant le risque que toutes les activités militaires, par quelque acteur que ce soit, dans la zone de séparation, font courir au cessez-le-feu et à la population », a déclaré le Président du Conseil pour le mois de mars, l'Ambassadeur Vitaly Churkin, de la Fédération de Russie, venu lire une déclaration à la presse à l'issue de consultations à huis clos.

Dans ce texte, les 15 membres du Conseil de sécurité « soulignent également le risque accru que la situation pose au personnel des Nations Unies sur le terrain », notamment les tirs en direction du personnel et des locaux onusiens, le détournement de véhicules et l'enlèvement et la détention, début mars, de 21 personnels militaires de la Force des Nations Unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD), relâchés depuis.

Les Casques bleus sont déployés dans le Golan syrien depuis 1974 pour y surveiller l'accord de désengagement signé entre la Syrie et Israël à l'issue de leur guerre de 1973.

Le Conseil de sécurité a noté que le gouvernement syrien avait la « responsabilité première » de la sûreté et de la sécurité du personnel de la FNUOD, appelant au respect des privilèges et immunités et à ménager un accès « sans entraves et immédiat » au personnel de l'ONU dans l'exercice de son mandat.

La déclaration fait suite à celle, prononcée hier, par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, qui a informé le Conseil de sécurité des risques sécuritaires et des défis opérationnels auxquels font face les Casques bleus. À l'issue des consultations, il avait indiqué aux journalistes que ces derniers avaient réduit leurs opérations devant la présence de groupes armés qui sont des parties prenantes au conflit syrien tout en prenant des mesures additionnelles, comme le recours à des véhicules blindés.

Dans la déclaration d'aujourd'hui, le Conseil salue ces « mesures de sécurité et les équipements supplémentaires ». Ses membres ont également exhorté la FNUOD à privilégier, à titre temporaire, des points d'entrée et de sortie alternatifs.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : la FNUOD réduit sa présence au Golan syrien mais reste opérationnelle

En savoir plus





Coup de projecteur