Le chef de l'ONUDC appelle à renforcer la lutte contre le trafic de stupéfiants dans les Balkans

Le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yuri Fedotov. Photo: Service d’information des Nations Unies à Vienne.

22 mars 2013 – Le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies pour la drogue et le crime (ONUDC), Yuri Fedotov, a souligné vendredi la nécessité de redoubler d'efforts pour lutter contre le trafic de stupéfiants et mettre en place des stratégies préventives, particulièrement dans les Balkans, plaque tournante du commerce illicite de stupéfiants en Europe.

« L'ONUDC s'efforce de formuler une réponse cohérente aux problèmes de stupéfiants, de criminalité et de terrorisme, qui, de par leur nature transnationale requièrent une solution internationale. Pour cela, nous mettons en œuvre des programmes intégrés qui apportent un soutien efficace », a expliqué M. Fedotov au terme d'une mission de deux jours en Bosnie-Herzégovine, où il a rencontré des représentants des forces de l'ordre de ce pays.

« Alors que nous poursuivons cette stratégie, nous consacrerons nos efforts à l'analyse, à l'assistance technique et au renforcement des capacités des États Membres qui font face à de tels défis », a-t-il ajouté.

Le travail de l'ONUDC dans les Balkans est coordonné par son bureau régional en Europe du Sud-Est, qui a été établi en mai 2012 à la demande des gouvernements de la région pour les aider à faire face à la menace grandissante des stupéfiants à base de pavot à opium en provenance d'Afghanistan et à destination des marchés lucratifs d''Europe occidentale.

Selon les estimations de cette agence onusienne, près de 60 tonnes d'héroïne en provenance d'Afghanistan, d'une valeur de 13 milliards de dollars, transitent par les Balkans en route vers l'Europe occidentale et centrale. En 2011, les autorités bosniaques ont saisi 10,22 kilos d'héroïne, et près de 10 kilos d'amphétamines.

« Notre objectif est de travailler de près avec les États membres pour lutter contre le crime organisé international, la corruption, le blanchiment d'argent, le terrorisme et l'abus des stupéfiants », a ajouté M. Fedotov avant de quitter Sarajevo.

« Je me félicite du partenariat solide entre l'ONUDC et la Bosnie-Herzégovine dans tous ces domaines », a-t-il souligné.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le coût de la corruption en Afghanistan s'élèverait à 3,9 milliards de dollars entre 2009 et 2012

En savoir plus




Coup de projecteur