Le Vice-Secrétaire général de l'ONU appelle à renforcer l'accès mondial à l'assainissement

Des enfants longent une décharge, au Kenya. Photo: IRIN/Manoocher Deghati

21 mars 2013 – Le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a lancé jeudi à la communauté internationale un appel à redoubler d'efforts afin d'élargir l'accès à l'assainissement de base pour 2,6 milliards de personnes qui en sont actuellement privés.

L'appel intervient à la veille de la Journée mondiale de l'eau, observée chaque année le 22 mars, et vise à améliorer les conditions d'hygiène, les normes sanitaires et la gestion des déchets et des ressources aquifères avant 2025. L'un des objectifs visés est l'éradication de la pratique de la défécation à l'air libre qui favorise la propagation de maladies.

« Je suis déterminé à relancer l'action afin d'obtenir des résultats », a déclaré M. Eliasson. « J'appelle l'ensemble des parties prenantes, notamment les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les organisations internationales, à s'engager en faveur d'actions et à mobiliser des ressources pour améliorer rapidement l'accès à l'assainissement de base. »

« Soyons francs, ceci est un problème dont les gens n'aiment pas parler. Mais c'est un problème primordial pour réaliser un environnement propre et une bonne santé et le droit humain fondamental de dignité pour des milliards de personnes. C'est également l'un des Objectifs du Millénaire pour le développement », a-t-il rappelé.

Les pays où la pratique de défécation à l'air libre est courante sont également ceux qui connaissent des niveaux élevés de mortalité infantile, de malnutrition, de pauvreté et d'inégalités.

« Nous soutenons pleinement l'effort visant à sensibiliser l'opinion sur le problème de l'accès à l'assainissement », a déclaré le Directeur exécutif adjoint du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Martin Mogwanja, en indiquant que l'éradication de la pratique de défécation en plein air réduirait de 36% les cas de diarrhée, responsable de la mort de près de 750.000 enfants âgés de moins de cinq ans par an.

« Nous pouvons réduire d'un tiers les cas de diarrhée chez les enfants simplement en élargissant l'accès à l'assainissement et en éliminant la défécation en plein air », a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York. « La diarrhée est la seconde cause de mortalité infantile dans les pays en développement et le manque d'hygiène et d'accès à l'assainissement des causes majeures de cette maladie ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Rio+20 : une experte de l'ONU demande la reconnaissance du droit à l'eau et l'assainissement

En savoir plus





Coup de projecteur