Le Novruz, une occasion rapprocher les peuples et de cultiver la solidarité, selon Ban

Des Afghans à Kaboul dans le cadre de célébrations qui se sont déroulées le 20 mars 2012. Photo: MANUA/ Fardin Waezi

21 mars 2013 – À l'occasion du Novruz, qui marque le Nouvel An et le premier jour du printemps dans de nombreux pays de l'Asie, du Caucase ou encore des Balkans, le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré que ce festival annuel était un facteur de rapprochement entre les peuples.

« Le Novruz est un facteur de rapprochement entre des pays, mais il sert aussi à nous rappeler que nous devons chérir la planète que nous avons en partage. En soulignant la beauté de la nature et le renouveau du printemps, le Novruz peut inspirer participants et spectateurs à mieux prendre soin de l'environnement », a déclaré le patron de l'ONU dans un message adressé à cette occasion.

L'expression culturelle du Novruz se manifeste de manière très diverse : courses de chevaux, lutte traditionnelle, chants dans diverses langues, récits concernant le roi mythologique Jamshid ou encore bougies allumées devant les maisons. « Quelle que soit la forme des manifestations organisées pour célébrer l'esprit du Novruz, c'est toujours la solidarité humaine qui est à l'honneur », rappelle le Secrétaire général.

Un grand nombre de pays ont été à l'origine de l'initiative qui a abouti à l'inscription du Novruz sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO. Cet effort commun de l'Azerbaïdjan, de l'Inde, du Kirghizistan, de l'Ouzbékistan, du Pakistan, de la République islamique d'Iran et de la Turquie est lui-même un témoignage de l'unité dans la diversité, affirme-t-il.

Le Secrétaire général a également émis l'espoir que cette Journée internationale du Novruz sera pour la communauté internationale « un moment de réflexion sur la beauté de la nature, la promesse du printemps et la culture comme instrument de paix ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Novruz, une occasion rapprocher les peuples et de cultiver la solidarité, selon Ban