L'ONU renforce ses opérations antimines grâce à une contribution financière importante du Japon

Au Yémen, des populations sur le chemin du départ en raison des préoccupations liées à la présence de mines et d’engins non explosés. Photo: OCHA/Eman

19 mars 2013 – Le Service de la lutte antimines des Nations Unies (SLAM) a annoncé mardi le renforcement de ses opérations en Afghanistan, en République démocratique du Congo (RDC), Libye, Somalie et Soudan du Sud, grâce à une contribution financière importante du Japon.

La contribution, d'un montant de 18 millions de dollars permettra de « sauver des vies, de renforcer la stabilité et surtout de redonner espoir aux populations qui vivent dans la peur depuis trop longtemps », déclare le chef des opérations du SLAM, Paul Heslop.

L'agence onusienne répartira les fonds entre ses programmes dans cinq pays. En Afghanistan, l'un des pays les plus minés du monde, ils serviront à soutenir les activités de près de 13.000 démineurs, qui travaillent essentiellement sur des terres arables. Au cours des deux dernières années, 42 civils ont été tués ou blessés en moyenne chaque mois par les mines dans ce pays, principalement des garçons âgés de moins de 18 ans.

Les fonds serviront également à déminer de vastes zones de République démocratique du Congo (RDC) et à y sensibiliser les populations exposées aux dangers des mines très nombreuses dans plusieurs régions.

En Libye, les fonds serviront non seulement à renforcer les opérations de déminage et à former des experts en matière de déminage et de destruction d'engins explosifs. « Le conflit de 2011 a accru les risques pour les communautés locales », a confirmé le chef du programme libyen du SLAM.

« Grâce au soutien généreux du gouvernement japonais, le Service de la lutte antimines de l'ONU sera en mesure de poursuivre ses opérations pour améliorer la sécurité en Libye », a-t-il ajouté.

En Somalie, les premières mines ont été posées près de la frontière avec l'Éthiopie, pendant les guerres de l'Ogaden, entre 1964 et 1977. Plus récemment, les combats interclaniques ont entrainé une multiplication des champs de mines depuis le début des années 90.

Au Soudan du Sud, la donation japonaise servira à poursuivre les programmes existants, à répertorier les champs de mines et à augmenter la cadence du déminage des zones les plus infestées. Les 10 états de ce pays sont touchés à des degrés divers, à cause du conflit avec le Soudan.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Des photos pour l’ONU : lutter contre le fléau des mines en Afghanistan

Aucun résultat
Aucun résultat