L'ONU préoccupée par un incident au cours duquel des Rohingya du Myanmar ont trouvé la mort

Certains des réfugiés qui risquent leur vie en haute mer proviennent de l’état de Rakhine, au Myanmar. Photo: HCR/V. Tan

15 mars 2013 – Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation devant les informations selon lesquelles la marine thaïlandaise aurait abattu au moins deux demandeurs d'asile Rohingya, qui avaient fui le Myanmar par mer.

D'après le HCDH, l'incident aurait éclaté le 22 février dernier, pendant le remorquage d'un bateau avec à son bord près de 130 personnes. Le Premier Ministre de la Thaïlande a annoncé l'ouverture d'une enquête afin de déterminer les circonstances exactes dans lesquelles s'est produit ce drame.

« Nous exhortons le gouvernement thaïlandais à veiller à ce que cette enquête soit complète, impartiale et menée dans les plus brefs délais et à ce que tout individu ayant commis un crime soit traduit en justice », a déclaré, en conférence de presse à Genève, le porte-parole du Haut Commissariat, Rupert Colville.

« Nous exhortons encore plus la Thaïlande, ainsi que les autres pays de la région, à envisager des alternatives à la détention des migrants et des demandeurs d'asile, notamment des enfants, conformément à ses obligations au regard du droit international. »

Des vagues d'affrontements entre Rakhine bouddhistes et Rohingya musulmans secouent régulièrement l'état de Rakhine, au Myanmar, depuis juin 2012. Près de 115.000 personnes ont été déplacées jusqu'à présent et plus d'une centaine ont trouvé la mort.

Le HCDH a lancé un appel aux autorités du pays pour qu'elles se penchent sur les causes profondes de la discrimination et de la violence dans cette région, ajoutant qu'une réponse coordonnée avec les pays voisins était indispensable pour résoudre la crise sous tous ses aspects.

Parallèlement, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a rencontré certains survivants de la tragédie. Les personnes interrogées dans les deux pays ont déclaré avoir quitté leur village dans l'État de Rakhine au nord du Myanmar vers le 5 février dernier.

D'après leurs témoignages, au moins trois coups de feu ont été tirés lors de l'interception, mais les informations sont contradictoires pour savoir s'il s'agissait de tirs de semonce ou s'ils visaient des passagers. Les survivants et les pêcheurs locaux à proximité de Phuket ont indiqué que deux cadavres avaient été retrouvés en mer. La cause des décès n'a pas encore été déterminée.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCR appelle à renforcer la coordination régionale pour éviter les naufrages dans l'océan Indien

En savoir plus



Aucun résultat
Aucun résultat