Cambodge : les Chambres extraordinaires clôturent l'affaire Ieng Sary à l'issue du décès de l'accusé

14 mars 2013 – Les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) ont annoncé jeudi le décès de l'accusé Ieng Sary à l'issue de dix jours d'hospitalisation.

« Conformément à la règle 32 bis du Règlement intérieur, les procureurs rechercheront la cause du décès en procédant à toutes les investigations qu'ils jugeront nécessaires. Ils communiqueront dans les meilleurs délais un rapport écrit », indique le tribunal dans un communiqué de presse.

Né le 24 octobre 1925, Ieng Sary était vice-Premier ministre en charge des affaires étrangères et membre permanent du Comité permanent du Parti Communiste sous le régime du Kampuchéa démocratique.

Il a été arrêté le 12 novembre 2007 avant d'être jugé devant les CETC pour crimes de génocide, crimes contre l'humanité et violations graves des Conventions de Genève de 1949. Plus de deux millions de personnes sont mortes au Cambodge sous le régime des Khmers rouges entre 1975 et 1979.

Ieng Sary, qui portait le nom de « Frère numéro deux » sous le régime des Khmers rouges, était jugé avec son épouse, l'ancienne Ministre des affaires sociales du Kampuchéa démocratique, Ieng Thirith, qui a été remise en liberté en septembre, après que les experts médicaux ont jugé qu'elle était inapte à suivre en raison de la maladie d'Alzheimer dont elle est atteinte.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Tribunal conjoint de l'ONU et du Cambodge désigne deux avocats pour assurer la défense des accusés

Coup de projecteur