L'absence de sécurité routière est responsable de nombreux décès évitables, selon l'OMS

Photo: WHO

14 mars 2013 – Selon le Rapport sur la sécurité routière dans le monde 2013 publié jeudi par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la législation en matière de sécurité routière doit rapidement évoluer afin de réduire le nombre de décès imputables aux accidents de la circulation.

Seuls 28 pays, soit 7% de la population mondiale, sont dotés d'une législation complète couvrant les cinq grands facteurs de risque qui sont la conduite en état d'ébriété, la vitesse, la non-utilisation des casques par les motocyclistes, des ceintures de sécurité et des dispositifs de sécurité pour enfants.

En 2010, les accidents de la route ont entraîné 1,24 million de décès dans le monde, un chiffre voisin de celui enregistré en 2007. Le rapport indique que même si 88 États Membres ont été capables de réduire ce nombre, il a augmenté dans 87 pays.

Selon le rapport, 59 pays ont limité la vitesse en agglomération à 50 km/h ou moins, 89 pays sont dotés d'une législation complète sur la conduite en état d'ébriété fixant le seuil d'alcoolémie à 0,05 g/dl ou moins. 90 pays possèdent une législation sur le port du casque, 111 pays possèdent une législation sur le port de la ceinture de sécurité et 96 pays possèdent une législation sur les dispositifs de sécurité pour enfants.

Cependant, le rapport souligne que la législation est mal appliquée dans la plupart des pays.

« Il faut qu'une volonté politique s'affirme au plus haut niveau pour garantir que la législation sur la sécurité routière soit adaptée et qu'elle soit strictement appliquée par tous », a affirmé le Directeur général de l'OMS, Margaret Chan, dans un communiqué de presse.

« Il faut qu'une volonté politique s'affirme au plus haut niveau pour garantir que la législation sur la sécurité routière soit adaptée et qu'elle soit strictement appliquée par tous. Sinon, les drames vont continuer d'endeuiller les familles et les communautés comme les systèmes de santé devront encore supporter tout le poids des traumatismes et des handicaps imputables aux accidents de la route », a-t-elle ajouté.

Dans le monde, 59% des personnes tuées dans un accident de la route ont entre 15 et 44 ans et 77% sont de sexe masculin et 27% des tués sur les routes sont des piétons et des cyclistes. Dans certains pays, ce chiffre dépasse 75%, ce qui reflète les décennies durant lesquelles les politiques de transport ont favorisé les engins motorisés et négligé les besoins des piétons.

Le rapport montre que risque de décéder des suites d'un accident de la route est le plus élevé en Afrique avec 24,1 décès pour 100.000 habitants. L'Europe est la région avec le plus faible risque avec 10,3 décès pour 100.000 habitants.

En savoir plus





Coup de projecteur