Zimbabwe : l'UNICEF demande la protection renforcée des enfants, dans l'éventualité de violences électorales

Des enfants du Zimbabwe entretiennent le jardin de leur école. Photo: UNICEF

8 mars 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a appelé vendredi les Zimbabwéens à protéger les enfants des troubles qui pourraient se produire lors du référendum sur la nouvelle constitution et des élections législatives prévus plus tard cette année.

« Pendant les périodes de grande incertitude, comme au moment de la tenue des scrutins, il faut faire des familles, des communautés et des écoles des havres de sécurité pour les enfants et veiller à garantir la continuité des services sociaux », plaide le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake, dans un communiqué de presse.

« Les enfants sont apolitiques et doivent être mis à l'abri des turbulences politiques dans tous les pays », a-t-il rappelé au terme d'une mission de deux jours au Zimbabwe.

M. Lake a souhaité aux Zimbabwéens des scrutins pacifiques, soulignant que chacun a le devoir de veiller à ce que les enfants ne soient confrontés ni à des violences électorales ni à des perturbations de leur vie quotidienne.

Le Président Mugabe partage le pouvoir avec son rival politique, le Premier ministre Morgan Tvsangirai, depuis les élections de 2008, émaillées de graves violences.

Le référendum décidera si une nouvelle Constitution sera acceptée par la population. Si celle-ci venait à être adoptée, des élections législatives et présidentielles seront organisées. Les mandats de l'actuel Parlement et du Président expirent en juin.

En février, un groupe d'experts indépendants de l'ONU avait exhorté les autorités zimbabwéennes à veiller au respect des droits de l'homme fondamentaux suite à des informations selon lesquelles des organisations de la société civile étaient harcelées et intimidées par les forces de l'ordre.

C'est dans ce contexte que M. Lake s'est rendu dans le pays, pour y rencontrer le Premier ministre Tvsangirai et le Ministre des affaires étrangères Nicholas Goche, qui l'ont assuré que la protection des enfants serait une priorité.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Zimbabwe: le HCDH condamne les attaques contre des militants des droits de l'homme

En savoir plus



Coup de projecteur