Le Conseil de sécurité durcit de nouveau les sanctions contre la RPDC suite à son dernier essai nucléaire

Le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité une résolution imposant de nouvelles sanctions à la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Photo: ONU/Rick Bajornas

7 mars 2013 – Condamnant « avec la plus grande fermeté » l'essai nucléaire effectué par la République populaire démocratique de Corée (RPDC) le 12 février 2013, le Conseil de sécurité a décidé jeudi que ce pays « ne procédera à aucun nouveau tir recourant à la technologie des missiles balistiques ou essai nucléaire, et s'abstiendra de toute autre provocation ».

En adoptant à l'unanimité de ses quinze membres une résolution présentée par les États-Unis et la République de Corée, le Conseil a aussi, pour la troisième fois en sept ans, durci et élargi le régime des sanctions applicables à la RPDC.

En juillet 2006, suite à des tirs multiples de missiles balistiques par le régime nord-coréen, le Conseil avait notamment demandé à tous les États Membres d'empêcher les transferts de missiles et d'articles connexes vers la RPDC. En octobre de la même année, les restrictions en matière d'armement avaient été renforcées, avant d'être étendues en 2009 à tous les types d'armes et matériels connexes, à l'exception des armes légères et de petit calibre.

Les sanctions d'aujourd'hui mettent en particulier l'accent sur le volet financier. Le Conseil décide notamment que les États Membres doivent empêcher la fourniture de services financiers, le transfert de tous fonds, autres actifs ou ressources économiques, y compris de l'argent en espèces, susceptibles de contribuer aux programmes de missiles balistiques ou nucléaires de la RPDC.

La résolution exige aussi que tous les États Membres s'abstiennent d'accorder à la RPDC une aide financière publique au commerce international si elle est susceptible de contribuer à de tels programmes.

En outre, de nouveaux individus sont frappés d'interdictions de voyager tandis que les avoirs d'un centre de recherche scientifique et d'un conglomérat spécialisé dans l'acquisition pour les industries de la défense sont désormais gelés. Les articles de luxe, notamment les bijoux, sont également concernés par l'embargo, de même que les yachts et les voitures de course.

Immédiatement après la fin de la réunion du Conseil, le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est félicité de la décision du Conseil, exhortant la RPDC et tous les autres États Membres à respecter pleinement la résolution

« Agissant unanimement et s'accordant sur des mesures efficaces et crédibles, le Conseil de sécurité a envoyé un message sans équivoque à la RPDC selon lequel la communauté internationale ne tolérera pas le développement d'armes nucléaires et des activités qui leur seraient liées. L'action du Conseil démontre également un ferme engagement à respecter la norme internationale contre tout essai nucléaire et à renforcer le régime de non-prolifération nucléaire », indique la déclaration transmise par le porte-parole de M. Ban.

Celui-ci demeure cependant « très inquiet face à la tension accrue dans la Péninsule coréenne ». Il exhorte la RPDC à s'abstenir de toute nouvelle mesure de déstabilisation ou de toute rhétorique belliqueuse. « Au moment on l'on voit un nouveau leadership politique dans toute la région, le Secrétaire général exhorte Pyongyang à changer d'attitude et à établir la confiance parmi ses voisins. »

En savoir plus