Pillay souligne l'importance de promouvoir l'emploi des personnes handicapées

Des travailleurs handicapés dans un atelier à accra au Ghana. Photo Evans Mensah/IRIN

6 mars 2013 – Lors de l'ouverture mercredi du cinquième débat annuel sur les personnes handicapées au Conseil des droits de l'homme, la Haut Commissaire Navi Pillay a appelé à la promotion de l'emploi de ces personnes à pied d'égalité avec le reste de la population.

« Le droit au travail est un droit humain fondamental inséparable de la dignité humaine. Le travail est non seulement un moyen de subvenir aux besoins de la famille, mais il contribue au développement et à la reconnaissance des individus dans les communautés, à condition que ce travail soit librement choisi », a affirmé Mme Pillay.

La Haut Commissaire a rappelé le tournant historique qu'avait constituée l'adoption, en 2006, de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, qui avaient permis de rompre avec l'idée qu'elles étaient tributaires de la charité, de la bonne volonté d'autrui ou des soins médicaux.

129 États ont ratifié la Convention jusqu'à présent et 76 États sont parties à son Protocole facultatif qui a institué une procédure de plainte. Pour la seule année 2012, 18 nouveaux États ont adhéré à la Convention, ce qui témoigne de l'engagement à la fois rapide et croissant en faveur de cet instrument juridiquement contraignant.

Le Haut Commissariat aux droits de l'homme a préparé une étude thématique sur la question qui compile les bonnes pratiques en termes de promotion des chances d'emploi des personnes handicapées et examine les obstacles à cet égard, identifiant les défis majeurs auxquels les États sont confrontés en termes d'accès des personnes handicapées à l'emploi, à la rétention du travail et à la promotion à part égale avec les autres personnes.

Au nombre des obstacles rencontrés, Mme Pillay a cité les difficultés d'accès sur le lieu de travail, le manque d'accès à l'éducation et à la formation professionnelle et de participation à la planification de la législation et des politiques liées à la formation et à l'emploi.

« Dans la perspective de l'agenda mondial du développement de l'après-2015, le débat actuel est particulièrement important dans la mesure où il faudra profondément l'ancrer dans une problématique des droits de l'homme », a souligné Mme Pillay.

En savoir plus





Coup de projecteur