Selon l'UNICEF, le conflit en Syrie prive d'éducation des centaines de milliers d'enfants

Des enfants syriens réfugiés assistent à une classe dans le camp de Za’atari, en Jordanie. Photo: UNICEF

5 mars 2013 – Le Fond des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a prévenu mardi que les combats en Syrie menaçaient l'éducation de plusieurs centaines de milliers d'enfants, une estimation qui s'appuie sur le nombre d'écoles détruites et d'enseignants tués, ainsi que sur la baisse de fréquentation des élèves.

« Le système éducatif en Syrie est fortement perturbé par les violences », a déclaré le représentant de l'UNICEF dans ce pays, Youssouf Abdel-Jelil. « La Syrie s'enorgueillissait autrefois de ses écoles. Maintenant, les progrès accomplis au fil des années se réduisent à une peau de chagrin ».

Une école sur cinq dans le pays a été endommagée ou investie par des personnes déplacées. Dans les villes les plus touchées par les combats, telles que Idlib, Deraa et Alep, les enfants n'arrivent souvent pas à se rendre à l'école et, dans les zones où sont établis un grand nombre de déplacés, les classes sont surchargées.

Effectuée en décembre, l'enquête de l'UNICEF conclut que plus de 110 enseignants et autres membres du personnel éducatif ont été tués et que beaucoup d'autres ne peuvent pas se déplacer. À Idlib, seul 55% des enseignants sont en mesure de faire leur métier.

D'autres écoles sont utilisées par des groupes armés ou par les forces syriennes, dissuadant les parents d'y envoyer leurs enfants.

« L'école doit être un lieu sûr pour les enfants et donner espoir aux parents», rappelle M. Abdel-Jelil. « C'est pourquoi ils sont si nombreux à affirmer que l'éducation est la première de leurs priorités ».

L'UNICEF soutient actuellement un réseau de plus de 170 écoles informelles à Homs, Deraa, Tartous, Latakieh, Hama, Quneitra et dans les faubourgs de Damas afin de permettre à près de 40.000 enfants de bénéficier d'un enseignement et de participer à des activités récréatives.

L'agence fournit également des produits éducatifs, prête un soutien aux enseignants et contribue à la réhabilitation d'écoles endommagées, mais cela requiert des ressources additionnelles. Le manque de fonds compromet la capacité de l'UNICEF à fournir suffisamment de salles de classes préfabriquées et à effectuer les réparations nécessaires des structures existantes.

Au total, l'UNICEF a besoin de 20 millions de dollars de plus pour ses programmes éducatifs en Syrie pour les premiers six mois de cette année. À l'heure actuelle, l'agence n'en a reçu que trois.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UNICEF lance une grande opération d'assainissement de l'eau pour 10 millions de Syriens

En savoir plus





Coup de projecteur