L'ONU endeuillée par la disparition de Stéphane Hessel, l'un des auteurs de la Déclaration universelle des droits de l'homme

L'Ambassadeur Stéphane Hessel. Photo: UNESCO/Michel Ravassard

27 février 2013 – La Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme, Navi Pillay, a déclaré mercredi déplorer le décès de « l'un des plus grands défenseurs des droits de l'homme », Stéphane Hessel, mort la nuit dernière à l'âge de 95 ans.

Ayant mené une carrière d'une longévité exceptionnelle et particulièrement fructueuse, Stéphane Hessel, citoyen français d'origine allemande torturé par la Gestapo et ayant survécu aux camps de concentration de Buchenwald et Dora, fut d'abord connu pour son étroite implication dans la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948.

« Stéphane Hessel était une immense figure du monde des droits de l'homme », a déclaré Navi Pillay. « Son étroite collaboration avec l'équipe qui a rédigé la Déclaration universelle suffit à lui valoir une place d'honneur dans l'histoire du monde. Mais il a continué son action sans relâche, contribuant à promouvoir la cause des droits de l'homme bien au-delà de ses 90 ans ».

En 2010, Stéphane Hessel a publié un opuscule de 12 pages intitulé « Indignez-vous ! », qui invitait les gens, et notamment les jeunes, à prendre position contre les discriminations, les inégalités et l'indifférence. En dépit des sept décennies séparant l'auteur de la majeure partie de son public, « Indignez-vous ! » fut vendu à plusieurs millions d'exemplaires.

L'ouvrage a même été considéré comme une source d'inspiration pour de nombreuses personnes descendues dans la rue réclamer leurs droits dans les mois ayant suivi sa publication.

« Il soutenait les principes fondamentaux des droits de l'homme avec une intégrité acharnée et n'a jamais permis à la politique, ni aux histoires d'ordre personnel, d'obscurcir son jugement sur des sujets importants et impopulaires, tels que la migration et le racisme », a-t-elle poursuivi. « C'était un grand penseur et un homme remarquable. Il me manquera à titre personnel, j'aurais aimé pouvoir profiter davantage de son expérience sans pareil. C'est vraiment triste de dire adieu à une personne qui a joué un rôle si crucial dans la promotion des droits de l'homme ».

Mercredi matin, le Conseil des droits de l'homme – institution de 47 Etats membres actuellement en session à Genève – a observé une minute de silence en hommage à Stéphane Hessel. C'est la première fois de son histoire que le conseil rend un tel honneur.

De son côté la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a rappelé que Stéphane Hessel était l'un des plus grands défenseurs des droits de l'homme, de la tolérance et de la compréhension mutuelle du 20e siècle.

« La force et la clarté de sa vision de la dignité inhérente à chaque femme et à chaque homme restent une source d'inspiration pour nous tous aujourd'hui », a déclaré Mme Bokova.

La conviction qui a guidé la vie et le travail de M. Hessel et qui a inspiré les nombreux rôles de premier plan qu'il a joués au sein des Nations Unies, à commencer par la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

« Avec la disparation de Stéphane Hessel, le monde a perdu l'une de ses voix les plus fortes et les plus gracieuses en faveur des droits de l'homme et un de ses plus ardents défenseurs de la paix et des causes des Nations Unies - en ces temps difficiles, son héritage et son message restent plus puissants et plus pertinents que jamais », a affirmé Mme Bokova.

En savoir plus





Coup de projecteur