La FAO appelle à renforcer la lutte contre le travail des enfants dans le secteur de l'élevage

Un jeune homme surveille son bétail. Photo: FAO/Giuseppe Bizzarri

25 février 2013 – Selon la toute première étude de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) sur le travail des enfants dans la filière de l'élevage, le travail des enfants est très répandu dans ce secteur, un fait largement méconnu.

Le rapport indique notamment que c'est dans l'agriculture que l'on trouve le plus grand nombre d'enfants qui travaillent. La FAO rappelle, qu'au niveau mondial, le bétail représente environ 40% de l'économie agricole et que les efforts visant à réduire le travail des enfants requièrent l'implication directe des gouvernements, des coopératives agricoles et des familles rurales.

« La réduction du travail des enfants dans l'agriculture n'est pas seulement une question de droits de l'homme, c'est aussi un des éléments susceptibles de garantir une sécurité alimentaire et un développement rural véritablement durables », a affirmé responsable du Département du développement économique et social de la FAO, Jomo Sundaram.

« Le travail des enfants sape les opportunités d'emplois décents à offrir aux jeunes, surtout quand il interfère avec leur éducation scolaire », a-t-il ajouté dans un communiqué de presse.

L'étude soutient que le problème des travaux dangereux ou potentiellement nocifs confiés aux enfants dans la filière de l'élevage ont reçu moins d'attention que dans d'autres filières agricoles, où beaucoup plus d'efforts ont été déployés par les organisations internationales, les gouvernements, la société civile et les familles rurales pour lutter contre ce phénomène.

« Du fait de l'importance croissante de l'élevage, les efforts déployés pour réduire le travail des enfants doivent se concentrer davantage sur les facteurs qui conduisent à confier aux enfants des travaux nocifs ou dangereux, sans que cela porte pour autant atteinte aux moyens de subsistance des familles rurales pauvres », a souligné M. Sundaram.

Le bétail est une source partielle de sécurité alimentaire et de revenus pour 70% des 880 millions d'agriculteurs pauvres dans le monde qui vivent avec moins d'un dollar par jour. Selon l'étude, de nombreuses situations classées par les normes internationales sous le chapitre travail des enfants se retrouvent dans la petite agriculture non réglementée.

« Pendant des siècles, les communautés pastorales ont impliqué leurs enfants dans des activités liées au bétail, l'avenir et la survie de la famille pastorale étant tributaires du transfert des connaissances et du savoir-faire local du parent à l'enfant », explique la FAO dans l'étude.

« De forts signaux indiquent cependant que les communautés pastorales reconnaissent l'importance de l'éducation pour leurs enfants et sont favorables à l'envoi de ces derniers à l'école si l'éducation qui y est dispensée est d'un bon niveau et pertinente pour le mode de vie pastoral et surtout si l'école s'avère compatible avec le travail des enfants auprès du troupeau ».

En savoir plus





Coup de projecteur