Le chef de la mission de l'ONU en Libye salue des progrès malgré des défis sécuritaires considérables

Le Représentant du Secrétaire général pour la Libye, Tarek Mitri, au Conseil de sécurité. Photo: ONU/Evan Schneider

29 janvier 2013 – Le Représentant du Secrétaire général pour la Libye, Tarek Mitri, a salué mardi, devant le Conseil de sécurité, la détermination et les initiatives prises par les autorités libyennes afin de renforcer les institutions, en ajoutant que de nombreuses décisions difficiles doivent être prises concernant la rédaction de la constitution, la justice transitionnelle, la réconciliation et la réforme du secteur de la sécurité.

« Pour l'avenir, il est nécessaire d'assurer un large appui à ces décisions et de rechercher un consensus sur les priorités nationales en cette phase cruciale de consolidation de l'État démocratique », a déclaré M. Mitri, en présentant son exposé sur la situation en Libye et les activités de la MANUL.

« À cette fin, les autorités libyennes, les forces politiques, les chefs de tribu, les communautés, les organisations de la société civile, les révolutionnaires devraient s'engager dans un processus de dialogue national », a-t-il ajouté, en précisant que la MANUL, dont le mandat expire le 12 mars prochain, « s'est investie dans cet effort ».

Le Chef de la MANUL a affirmé que le Premier Ministre libyen, Ali Zeidan, et les membres de son gouvernement semblent bénéficier d'un vaste appui de la part du Congrès national général, des partis politiques et de la population.

Le nouveau gouvernement a exprimé sa « détermination à s'attaquer aux problèmes intérieurs importants auxquels le pays fait face », a assuré M. Mitri. Il a expliqué que le Premier Ministre avait en outre pris l'initiative de renforcer les relations de coopération et de respect mutuel avec les pays voisins de la région, ainsi qu'avec d'autres partenaires internationaux.

Le Représentant spécial du Secrétaire général a assuré que la MANUL avait fourni une assistance technique dans le développement d'institutions efficaces. Le Congrès national général a bénéficié d'une assistance similaire pour l'aider à mettre en place des structures internes.

Si la situation sécuritaire reste précaire, les efforts entrepris pour réformer le secteur de la sécurité sont marqués par une plus grande cohérence. M. Mitri a notamment indiqué que la MANUL et ses partenaires au sein du Groupe de travail international sur la défense continuaient d'apporter leur aide à l'éducation et à la formation militaire, à la réforme des retraites, à la réglementation et aux capacités de communication. Un certain nombre d'experts ont été intégrés au Ministère de la défense et au Bureau du chef de l'état-major.

Le Représentant spécial a souligné que la sécurité le long des frontières de la Libye demeurait une « préoccupation majeure » compte tenu des « capacités actuelles limitées » et de l'« impact possible des développements récents au Mali ».

En décembre dernier, le Premier Ministre libyen s'est rendu en Algérie, au Tchad, au Niger et au Soudan pour discuter de la sécurité des frontières et des moyens d'améliorer les relations bilatérales. Cette visite a abouti à des accords sur la coopération en matière de sécurité des frontières, a affirmé M. Mitri.

Ce dernier a ajouté que le 12 janvier dernier, M. Zeidan avait rencontré ses homologues algérien et tunisien pour adopter des mesures communes pour lutter contre la criminalité transnationale organisée, le terrorisme et les trafics transfrontaliers.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La réforme du secteur de la sécurité, parmi les priorités immédiates de la Libye, selon l'Envoyé de l'ONU

En savoir plus