Syrie : à la veille d'une conférence de donateurs, l'ONU souligne les besoins humanitaires toujours croissants

le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging. Photo ONU/Evan Schneider

28 janvier 2013 – À la veille d'une importante conférence pour les bailleurs de fonds pour la Syrie, le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging, a demandé davantage de fonds pour aider les millions de personnes affectées par la crise humanitaire dans ce pays, particulièrement difficile à cause du froid hivernal.

« La situation en Syrie continue de se détériorer et cela signifie des besoins accrus, davantage de gens ont besoin d'aide et ces besoins sont plus pressantes au rythme de la défaillance des mécanismes de survie », a déclaré M. Ging lors d'une conférence de presse à New York.

« Le plus grand effort humanitaire en Syrie actuellement, est celui de la population qui tente se soutenir leurs sœurs et frères en ce moment incroyablement difficile. Des familles abritent tellement de monde alors qu'elles sont elles-mêmes affectées par la situation », a-t-il ajouté.

M. Ging est récemment revenu de Syrie, où il a mené une mission inter-agences de l'ONU pour évaluer la situation. Selon lui, le manque de fonds affecte la capacité des agences onusiennes à fournir l'aise humanitaire essentielle telle que la nourriture, l'eau et les fournitures médicales.

Mercredi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, présidera une conférence sur la situation humanitaire en Syrie qui aura lieu au Koweït. L'objectif de cette conférence est de lever 1,5 milliard de dollars pour aider les civils syriens dans les prochains six mois, aussi bien à l'intérieur du pays que les réfugiés de l'autre côté des frontières du pays.

Les conditions hivernales particulièrement rudes aggravent la souffrance des personnes affectées, dont les personnes déplacées qui vivent dans des abris dépourvus d'isolation sans vêtements chauds et sans couvertures. Le manque de carburant et d'électricité est un défi majeur dans l'ensemble du pays, pour les civils comme pour ceux qui tentent de fournir l'aide humanitaire.

Malgré les problèmes d'insécurité considérables, les agences de l'ONU et leurs partenaires ont renforcé les programmes d'aide dans tout le pays. Le Programme alimentaire mondial (PAM) apporte actuellement une assistance alimentaire à 1,5 million de personnes.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont vacciné des millions d'enfants contre le polio et la rougeole, alors que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) continue d'aider des centaines de milliers de personnes dans les pays voisins de la Syrie.

La Directrice exécutive du PAM, Ertharin Cousin, est retournée dans la région dimanche pour se rendre au camp de réfugiés de Za'atari alors que le flux de réfugiés syriens vers la Jordanie se cesse d'amplifier.

« Nous renforçons considérablement le nombre de repas distribué aux nouveaux arrivants, mais l'ampleur de la souffrance ne cesse de croître, et les pays voisins de la Syrie, tel que la Jordanie, épuisent leurs ressources », a prévenu Mme Cousin.

Plus de 30.000 syriens sont arrivés au camp de Za'atari depuis le début de l'année, et des milliers franchissent la frontière chaque nuit. Le PAM fournit un repas à chaque nouvel arrivant et lorsque ceux-ci sont installés, ils reçoivent des denrées alimentaires qui les permettent da préparer des repas dans les cuisines communes. Actuellement près de 65.000 personnes vivent dans ce camp.

Le Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), Filippo Grandi, a de son côté exhorté les bailleurs de fonds à ne pas oublier les près de 525.000 réfugiés de Palestine en Syrie qui sont eux-aussi affectés par la crise.

« Alors que tous les civils en Syrie souffrent de la violence, la situation actuelles des palestiniens en Syrie est exceptionnelle », a rappelé M. Grandi dans un communiqué de presse.

La plupart des réfugiés de Palestine en Syrie dépendent de l'aide de l'UNRWA pour survivre. Plusieurs écoles de l'UNRWA dans le pays servent actuellement d'abris d'urgence pour plus de 9.000 personnes et l'agence onusienne rappelle qu'un grand nombre de palestiniens ont été tués en Syrie.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Programme alimentaire mondial (PAM) vient en aide à la population du camp de Yarmouk en Syrie

En savoir plus





Coup de projecteur