Inde : Pillay salue la publication d'un rapport sans précédent visant à mettre fin aux violences sexuelles contre les femmes

En Inde, un rassemblement afin de promouvoir les droits des filles et l’éducation pour tous dans le village de Barrod, situé dans le district d’Alwar, au Rajasthan. Photo: ONU Femmes/Gaganjit Singh Chandok

25 janvier 2013 – La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Navi Pillay a salué vendredi le rapport du Comité Verma, exhortant le gouvernement de l'Inde à mettre en œuvre les recommandations formulées dans ce document qui fournit une nouvelle plateforme d'action contre les violences faites aux femmes dans ce pays.

Le rapport, qui porte le nom de l'ancien Président de la Cour suprême, Jagdish Sharan Verma, a été établi à la suite de la mort d'une jeune femme de 23 ans, victime d'un viol collectif à New Delhi en décembre qui avait déclenché une vague d'indignation dans le pays.

« Je salue le juge Verma et son Comité pour avoir préparé un rapport aussi complet en si peu de temps et veillé à la pleine participation des organisations de femmes et de la société civile à sa rédaction », a déclaré Mme Pillay dans un communiqué de presse.

« Le rapport et ses recommandations importantes ne sont pas seulement un hommage à la jeune femme violée et assassinée il y a cinq semaines, mais à toutes les victimes de violences sexuelles et d'agressions. C'est également un témoignage de la force des jeunes en Inde et de la société civile qui se sont mobilisés pour exprimer leur indignation », a affirmé la Haut Commissaire.

Le rapport recommande de mettre en œuvre plusieurs changements importants, dont la pénalisation du viol dans le cadre du mariage, du viol domestique et du viol entre couples de même sexe. Il préconise également l'enregistrement, par la police, de tous les signalements de viol, ainsi que des sanctions pénales en cas de manquement à cette obligation de la part des personnels policier et militaire. Le rapport recommande aussi des poursuites à l'encontre des forces de l'ordre accusées de violences sexuelles.

Le Comité Verma prévoit en outre des peines d'emprisonnement pour les crimes de voyeurisme et de harcèlement, l'abrogation de procédures jusqu'ici humiliantes d'examens médicaux des victimes et le renforcement de l'éducation sexuelle dans les écoles et les communautés locales.

« Je soutiens pleinement le fait que le rapport rejette l'application de la peine capitale et ne recommande pas d'abaisser l'âge minimum légal des mineurs délinquants. Il propose au contraire des peines d'emprisonnement lourdes allant de sept ans à la perpétuité », a noté Mme Pillay.

« Les recommandations du rapport se fondent sur un ensemble de droits, allant de l'égalité à la non-discrimination, ce qui représente un changement de paradigme : les femmes y sont reconnues comme détentrices de droits et non plus des sujets à protéger. Nombre de pays devraient s'inspirer de cet exemple », a-t-elle ajouté.

La Haut Commissaire a noté que le gouvernement avait d'ores et déjà pris des initiatives, comme l'établissement d'une procédure accélérée. Elle a exhorté l'ensemble des dirigeants politiques indiens à soutenir le rapport Verma et à faire de la mise en œuvre des recommandations une priorité nationale.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle l'Inde à prendre des mesures d'urgence suite au décès de l'étudiante victime d'un viol collectif

Coup de projecteur


Aucun résultat
Aucun résultat