À Davos, Ban appelle à une action résolue de la communauté internationale en Syrie et au Mali

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, au Forum économique mondial de Davos. Photo ONU/Eskinder Debebe

24 janvier 2013 – Au Forum économique mondial, qui se tient actuellement à Davos, en Suisse, le Secrétaire général a engagé jeudi la communauté internationale à résoudre les crises en Syrie et au Mali, soulignant qu'elle devait s'unir pour trouver les moyens d'acheminer une aide humanitaire aux populations affectées dans ces pays.

« Les personnes et les politiques sont liées comme jamais auparavant. Nous devons nous unir puisque nous sommes liés entre nous. De la Syrie au Mali d'aujourd'hui aux fondations de la paix et de la stabilité de demain, ne laissons pas notre inaction nous exposer à un jugement sévère demain. Voilà mon appel à vous et au reste du monde », a déclaré M. Ban aux dirigeants réunis au sein de cette instance.

Les combats qui font rage en Syrie, a rappelé le Secrétaire général, sont à l'origine d'une souffrance inouïe pour le peuple de ce pays, avec plus de 60.000 morts et des centaines de milliers de déplacés depuis le début de l'insurrection contre le régime du Président Bachar Al-Assad au début de 2011. Actuellement, près de quatre millions de personnes y ont besoin d'aide humanitaire vitale.

« Même si la situation semble très difficile, nous devons œuvrer à la recherche d'une solution politique », a plaidé M. Ban. « Des divisions qui semblaient impossibles à surmonter l'ont pourtant été dans le cadre d'autres conflits. Tant qu'il existe une possibilité de mettre fin à cette crise par le dialogue, nous devons nous engager sur cette voie ».

Le Secrétaire général a réitéré son soutien aux efforts diplomatiques déployés par le Représentant spécial conjoint pour les Nations Unies et la Ligue des États arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, pour établir un processus politique, tout en soulignant la nécessité de sortir de l'impasse dans laquelle se trouve le Conseil de sécurité à ce sujet.

L'inaction équivaut à la résignation face à la destruction de la Syrie, avec des conséquences désastreuses, a rappelé M. Ban. « Ce serait une abdication de notre responsabilité collective de protéger. Le monde, et particulièrement le Conseil de sécurité, doit honorer cette responsabilité. »

Abordant ensuite la crise au Mali, le chef de l'ONU a prévenu qu'elle ne cessait de s'aggraver, avec un nombre accru de cas de violence sexuelle, de recrutements d'enfants-soldats et de représailles à l'encontre de civils touaregs et arabes.

« Le pays fait face à une menace grave d'extrémistes et d'insurgés armés », a indiqué M. Ban. « Un cocktail explosif de pauvreté, de conditions climatiques extrêmes, de faibles institutions, de trafic de stupéfiants et de prolifération d'armes de guerre alimente une misère et une insécurité qui dépasse les frontières du Mali ».

M. Ban a réaffirmé l'engagement de l'Organisation à soutenir le Mali dans les domaines sécuritaire, humanitaire et politique. La semaine dernière, une équipe de l'ONU est arrivé à Bamako pour appuyer un processus destiné à trouver une solution aux problèmes militaires et politiques.

Appelant la communauté internationale à soutenir le gouvernement malien, le Secrétaire général a prévenu que les évènements dans cette nation d'Afrique de l'Ouest avait des répercussions pour l'ensemble de la sous-région et celle du Sahel, où près de 18 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire et d'insécurité tout court.

« Nous ne pourront pas trouver de solutions aux problèmes du Mali sans relever les défis qui touchent la région », a assuré M. Ban. « Les gouvernements et les populations au Sahel ont besoin de notre soutien », a-t-il insisté. « J'exhorte l'ensemble des dirigeants à faire leur part de l'effort collectif pour aider le Mali, et je réitère l'engagement de l'ONU pour remplir la notre ».

En marge du Forum, M. Ban a rencontré le Ministre des affaires étrangères de la Turquie, Ahmet Davutoglu, avec qui il s'est entretenu de la crise en Syrie. Il a également rencontré le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga, pour une discussion bilatérale portant sur les préparatifs des élections prévues plus tard cette année dans ce pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

A Davos, Ban Ki-moon en appelle au privé pour l'accès universel à l'énergie

En savoir plus




Coup de projecteur