Le Conseil de sécurité condamne le tir auquel a procédé la RPDC le 12 décembre 2012

Le Conseil de sécurité des Nations Unies. ONU Photo/JC McIlwaine.

22 janvier 2013 – Le Conseil de sécurité a condamné mardi le tir auquel a procédé la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le 12 décembre dernier, « en recourant à la technologie des missiles balistiques ».

Lancée depuis l'ouest de la RPDC, la fusée de longue portée Unha-3 avait survolé Okinawa, au Japon. Des débris étaient retombés dans l'océan au large de la péninsule coréenne, dans la mer de Chine orientale et les eaux des Philippines.

Ce tir est contraire aux résolutions précédentes du Conseil, qui exigent que la RPDC ne procède à aucun nouvel essai nucléaire ou tir recourant à cette technologie.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil réitère cette exigence, demandant à nouveau à la Corée du Nord de suspendre « toutes activités liées à son programme de missiles balistiques » et de rétablir « dans ce contexte les engagements qu'elle avait souscrits en faveur d'un moratoire […] ».

Il est également exigé de la RPDC qu'elle « abandonne totalement toutes armes nucléaires et programmes nucléaires existants de façon vérifiable et irréversible » et qu'elle « cesse immédiatement toutes les activités qui y sont liées ».

Des interdictions de voyager et le gel de leurs avoirs sont également imposés par cette résolution à plusieurs personnes et entités nord-coréennes.

Immédiatement à l'issue de cette adoption, le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est félicité de la décision unanime du Conseil. « Parlant d'une seule voix, [celui-ci] a réitéré sa position ferme selon laquelle la volonté de la RPDC de se doter de l'arme nucléaire, y compris les vecteurs, est inacceptable. »

Dans la déclaration communiquée par son porte-parole, M. Ban lance un appel urgent à ce pays pour qu'il respecte pleinement toutes les résolutions pertinentes. « Il l'appelle, en particulier, à s'abstenir de prendre une quelconque mesure qui pourrait exacerber les tensions sur la péninsule, y compris, tout autre tir effectué grâce à la technologie des missiles balistiques ou tout test nucléaire ».

Fermement convaincu que le dialogue est le seul moyen de réaliser la dénucléarisation de la péninsule coréenne et une paix durable dans toute la région, le Secrétaire général espère que toutes les parties concernées n'épargneront aucun effort pour reprendre leur engagement diplomatique, y compris par les pourparlers à six – les deux Corées, la Chine, les États-Unis, la Fédération de Russie et le Japon. Dans sa résolution, le Conseil réaffirme son soutien à ces pourparlers, dont il souhaite la reprise.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Secrétaire général déplore le lancement d'une fusée par la RPDC

Aucun résultat
Aucun résultat