Dans la foulée de sa mission au Myanmar, Vijay Nambiar demande aux parties de reprendre le dialogue

Distribution d'aide alimentaire au camp de personnes déplacées de Thea Chaung, dans l'état de Rakhine, au Myanmar. Photo: OCHA

17 janvier 2013 – Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour le Myanmar, Vijay Nambiar, a appelé jeudi toutes les parties à œuvrer à l'atténuation des tensions dans le pays, à reprendre le dialogue et à veiller à ménager un accès humanitaire aux personnes touchées par les violences dans les états de Kachin et Rakhine.

Dans une notre adressée aux médias, M. Nambiar indique qu'il est tout juste de retour d'un déplacement de quatre jours dans le pays, pendant lequel il s'est entretenu avec divers responsables gouvernementaux, notamment le Vice-Président du Myanmar, Sai Mauk Kham.

Le Conseiller spécial a relayé auprès de ses interlocuteurs la préoccupation du Secrétaire général Ban Ki-moon quant au fait que des attaques continuent d'être perpétrées dans différentes parties du pays, notamment dans l'état de Rakhine, où plus de 115.000 personnes ont été déplacées par les violences interethniques, et dans celui de Kachin, où plus de 75.000 habitants ont fui leurs foyers depuis le début des combats, en juin 2011, entre troupes gouvernementales et groupes rebelles.

Si pour l'ONU, la reprise du dialogue dans le nord de Kachin est une affaire à régler entre parties prenantes, M. Nambiar a souligné qu'il fallait éviter que l'impasse et l'escalade des tensions « ne sape les réformes et transformations en cours dans le pays ni n'assombrisse l'atmosphère internationale positive observée jusqu'à présent ».

Il a également plaidé en faveur d'un accès sans entraves des agences humanitaires à l'état de Kachin afin de « renforcer l'assistance aux communautés ayant subi l'impact de l'escalade récente du conflit ».

En savoir plus





Coup de projecteur