Le HCDH préoccupé par la condamnation à la prison à vie d'un poète qatari

Le chef de l'État du Qatar, l'Émir Sheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani, s'adresse à l'Assemblée générale. Photo ONU/Marco Castro

8 janvier 2013 – Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est déclaré extrêmement préoccupé par la situation de Mohammed Al-Ajami, un poète renommé du Qatar qui purge une peine de prison à vie pour avoir écrit un poème jugé insultant.

Le 29 novembre dernier, un tribunal du Qatar a condamné M. Al-Ajami – également connu sous le nom d'Ibn Al-Dheeb –, pour avoir insulté les symboles de cette nation du Golfe et encouragé le renversement de son système gouvernemental. Selon certaines informations, des informations font état du placement du poète en cellule d'isolement, en dépit de l'arrêt d'un tribunal en faveur de conditions de détention normales.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par l'iniquité de ce procès, notamment s'agissant du droit à la défense », a ajouté la porte-parole du HCDH, Cécile Pouilly, aux journalistes de Genève. « Il a été marqué par de nombreux vices de procédures et plusieurs de ses séances ont été tenues à huis clos. La déclaration initiale de M. Al-Ajami aurait été altérée pour l'accuser à tort d'avoir récité son poème en public. »

Selon Mme Pouilly, un second appel de cette condamnation est prévu pour le 27 janvier. Le HCDH continuera se suivre cette situation de près.

En savoir plus





Coup de projecteur