Darfour: l'ONU se félicite de la libération de deux Casques bleus après 136 jours de captivité

Les deux personnels de police de la MINUAD retenus en otage pendant plus de quatre mois, Hasan Al-Mazawdeh and Qasim Al-Sarhan, libérés. Photo: MINUAD/Rania Abdulrahman

2 janvier 2013 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon a exprimé mercredi son « soulagement » en apprenant la libération, après 136 jours de captivité, de deux Casques bleus enlevés en août dernier dans la région soudanaise du Darfour.

Déployés dans le cadre de l'Opération hybride Nations Unies-Union africaine au Darfour (MINUAD), les deux personnels de police – Hasan Al-Mazawdeh and Qasim Al-Sarhan – tous deux de nationalité jordanienne, avaient été kidnappés par des individus non identifiés le 20 août dernier alors qu'ils patrouillaient dans la ville de Kabkabiya, située approximativement à 140 kilomètres d'El-Fasher, la capitale du Nord Darfour.

« MM. Al-Mazawdeh et Al-Sarhan semblent tous deux indemnes et en bonne santé. Ils s'envoleront pour Khartoum et seront de retour dans leurs pays natal dès que possible », précise la MINUAD dans un communiqué de presse.

M. Ban, a indiqué son porte-parole, « salue le concours de la MINUAD, du gouvernement du Soudan et des autorités jordaniennes dans la libération des otages. Il souligne l'importance du maintien de la paix et du travail humanitaire au Darfour et appelle le gouvernement à ouvrir une enquête sur l'incident afin de traduire en justice les ravisseurs dès que possible. »

Le Secrétaire général a également rappelé que le Soudan, en tant que pays hôte, assumait la responsabilité première de la sécurité de l'ensemble des personnels de la MINUAD et de la communauté humanitaire.

Établie en 2007, la MINUAD a essentiellement pour mandat de protéger les civils au Darfour, mais elle est également chargée d'assurer la sécurité de l'aide humanitaire, de surveiller et de vérifier l'application des accords, de favoriser un processus politique ouvert, de contribuer à la promotion des droits de l'homme et de l'état de droit et de surveiller la situation le long des frontières avec le Tchad et la République centrafricaine.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Darfour : le Conseil de sécurité condamne le meurtre d'un Casque bleu

En savoir plus




Coup de projecteur