L'UNICEF demande à la Russie de laisser l'intérêt de l'enfant prévaloir dans le cadre de l'examen d'un projet de loi

Le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Anthony Lake. Photo: ONU/Ryan Brown

26 décembre 2012 – Réagissant à la proposition de loi d'interdire aux ressortissants américains d'adopter des enfants russes, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a demandé mercredi à Moscou de laisser l'intérêt de l'enfant prévaloir en toute circonstance.

« Nous demandons au gouvernement russe, dans le cadre de ses efforts visant à protéger les enfants, de laisser l'intérêt supérieur de ces derniers – et seulement cet intérêt – déterminer l'ensemble de ses actions », a plaidé le Directeur exécutif de l'agence onusienne dans un communiqué de presse.

Selon les médias, le Parlement russe a approuvé aujourd'hui une loi qui interdit les adoptions d'enfants russes par les citoyens des États-Unis, loi maintenant devant le Président Vladimir Poutine, qui lui a apporté son soutien, mais n'a pas encore confirmé s'il la signerait. Cette interdiction aurait été envisagée en représailles à la "liste Magnitski", une loi américaine adoptée début décembre, qui, notamment sanctionne des responsables russes accusés de la mort en 2009 en prison du juriste Sergueï Magnitski et d'autres violations des droits de l'homme.

Tout en saluant l'appel lancé par la Fédération de Russie en vue d'améliorer la protection de l'enfant dans le pays, l'UNICEF demande que les enfants placés en institutions fassent l'objet d'une attention particulière.

« Nous encourageons le gouvernement à se doter d'une protection sociale nationale robuste pour aider à renforcer les familles russes », a préconisé M Lake. « Des alternatives au placement en institution des enfants sont essentielles, qu'il s'agisse de familles d'accueil permanentes, de l'adoption au niveau national et de l'adoption de pays à pays. »

« Tous les enfants méritent un environnement propice à la protection et à leur bien-être », a insisté le Directeur exécutif. « Les enfants russes – en réalité tous les enfants – ont besoin de familles protectrices et affectueuses ou d'environnement comparables. »

Coup de projecteur


Aucun résultat
Aucun résultat