Syrie : le Représentant spécial conjoint Brahimi s'entretient avec le Président Bachar Al-Assad

Le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes en Syrie, Lakhdar Brahimi. Photo: ONU/Sana

24 décembre 2012 – Le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, s'est entretenu avec le Président syrien, Bachar Al-Assad, de la situation dans ce pays du Moyen-Orient déchiré par une guerre civile.

« Le Président a exprimé son point de vue sur la situation actuelle et je l'ai informé de mon côté des entrevues que j'ai eu dans plusieurs capitales avec des représentants gouvernementaux de pays de la région et au-delà », a déclaré M. Brahimi lors d'une conférence de presse donnée à Damas à l'issue de son entretien avec le chef de l'État syrien.

« Je lui ai également fait part des mesures qui doivent selon moi être prises pour aider le peuple syrien et trouver une sortie de crise », a-t-il ajouté.

M. Brahimi a pris récemment part à une série de réunion au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde dans le cadre de ses efforts pour parvenir à une solution politique négociée aux affrontements en Syrie, où au moins 20.000 personnes ont trouvé la mort jusqu'à présent depuis mars 2011, sans compter le demi-million de réfugiés ayant fui dans les pays voisins et les quatre millions de nécessiteux se trouvant dans le pays.

Dans le cadre de cette tournée, le Représentant spécial a notamment rencontré le Ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, ainsi que la Secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton.

Lors de sa conférence de presse, il a est revenu sur la question de ses difficultés supposées à obtenir une entrevue avec le Président syrien.

« J'aimerai saisir cette occasion pour revenir sur ce qui a été dit il y a quelques jours au sujet de la réticence du Président à me recevoir au cours de mes précédentes visite en Syrie et de son refus de me voir cette fois-ci, ainsi que sur les informations selon lesquelles j'aurai demandé aux Russes d'intervenir auprès de M. Al-Assad pour le convaincre de m'accorder une entrevue, sans quoi j'aurai démissionné – j'aimerais affirmer que rien de tout cela n'est vrai », a assuré M. Brahimi.

Le Représentant spécial conjoint avait précédemment déclaré qu'un processus de paix pouvait s'appuyer sur le Communiqué dit de Genève, publié en juin dernier à l'issue d'une réunion du Groupe d'action sur la Syrie, en vue de poser les bases d'un tel processus.

« La situation en Syrie est toujours préoccupante et nous espérons que toutes les parties adopteront une solution répondant aux aspirations du peuple syrien », a souhaité M. Brahimi.

Conclu à la fin du mois de juin et soutenu par les Nations Unies, le communiqué du Groupe d'action sur la Syrie appelle à l'établissement d'une autorité de transition, dotée des pleins pouvoirs exécutifs, dans le cadre d'une transition politique menée par les Syriens eux-mêmes. Le Communiqué engage également toutes les parties en faveur d'une cessation des violences armées et à l'application du plan de paix en six points.

Le Groupe d'action est composé des Secrétaires généraux de l'ONU et de la Ligue des États arabes, des Ministres des affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité – Chine, Fédération de Russie, France, Royaume-Uni et États-Unis –, ainsi que celui de la Turquie et de la Haut Représentante des affaires étrangères de l'Union européenne. Les Ministres des affaires étrangères de l'Iraq, du Koweït et du Qatar sont également membres de ce groupe en raison de leur rôle au sein de la Ligue des États arabes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : l'ONU et la Ligue arabe renouvellent leurs appels à la communauté internationale pour résoudre la crise

En savoir plus




Coup de projecteur