Le Conseil demande au Secrétaire général un plan de mise en œuvre de la Stratégie régionale contre la LRA

Les ruines d’une maison incendiée par des combattants de la LRA dans le village de Nguili-Nguili, en République centrafricaine. Photo: HCR/D.Mbaiorem

19 décembre 2012 – Le Conseil de sécurité a, mercredi, condamné vigoureusement les attaques et atrocités auxquelles se livre sans répit l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) en Afrique centrale.

« Ces attaques et atrocités, ainsi que les violations du droit international humanitaire et les atteintes aux droits de l'homme que la LRA continue de commettre, font peser une lourde menace sur la population civile, en particulier les femmes et les enfants », dénonce le Conseil dans une déclaration présidentielle lue par son Président pour le mois de décembre, le Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, Mohammed Loulichki.

Adoptée au lendemain d'un débat organisé par le Conseil sur la LRA, la déclaration réaffirme le soutien de ses membres à la Stratégie régionale des Nations Unies visant à contrer la menace que représente la LRA.

Alors qu'il demande instamment qu'une action rapide soit menée dans les cinq domaines d'intervention stratégiques définis, le Conseil engage vivement le Bureau régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale, les missions politiques et les missions de maintien de la paix des Nations Unies présentes dans la région à se coordonner dans la mise en œuvre de la Stratégie.

Le Secrétaire général est quant à lui prié de présenter, d'ici au 28 février 2013, un plan qui fixe les priorités de mise en œuvre de la Stratégie régionale, indique l'ordre dans lequel les activités seront menées et répartisse clairement les tâches entre les différentes composantes du système international et les organismes onusiens.

Par la présente déclaration, le Conseil réaffirme également son soutien à l'Initiative de coopération régionale de l'Union africaine contre la LRA et demande instamment qu'un accord soit rapidement trouvé sur le concept d'opérations de la Force régionale d'intervention de l'Union africaine.

Toutes les opérations militaires dirigées contre la LRA doivent être menées dans le respect du droit international applicable, de manière à exposer le moins possible les civils qui vivent dans les régions concernées, rappelle à cet égard le Conseil.

Pour le Conseil, il est nécessaire que les missions de maintien de la paix déployées dans la région, en particulier la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), de même que tous les autres acteurs de la région, intensifient la coordination transfrontière et les échanges d'information, pour pouvoir mieux anticiper les mouvements et les attaques imminentes de la LRA, préconise le Conseil.

Rappelant enfin que les mandats d'arrêt décernés par la Cour pénale internationale à l'encontre de Joseph Kony, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen n'ont toujours pas été exécutés, le Conseil engage tous les États à coopérer avec les autorités ougandaises et avec la Cour pour que qu'ils soient arrêtés et traduits en justice.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Mobiliser des ressources à l'appui du programme relatif à la LRA, tâche la plus urgente du BRENUAC

En savoir plus


Coup de projecteur



Aucun résultat
Aucun résultat