Iraq : l'ONU condamne fermement la récente vague de violences meurtrières

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq, Martin Kobler. Photo: ONU/Mark Garten

17 décembre 2012 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq a fermement condamné jeudi les attaques qui ont fait des dizaines de morts à travers ce pays depuis dimanche, dans de nombreux civils.

« J'appelle toutes les parties à s'engager dans un dialogue inclusif et à travailler de toute urgence à désamorcer la situation afin d'éviter une escalade », a ajouté Martin Kobler.

« Les Nations Unies sont disposées à faciliter une médiation si les parties irakiennes en font la demande », a-t-il assuré dans un communiqué de presse transmis par la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI), que M. Kobler dirige également.

Selon les médias, la série d'attaques – qui ont pris pour cible à la fois les forces de sécurité irakiennes et des civils – ont fait au moins 25 victimes. Cette vague de violences fait suite aux attaques perpétrées dimanche dernier, faisant 19 morts et 77 blessés.

Les violences d'hier s'inscrivent dans le cadre d'attentats à la bombe commis dans la province pétrolière de Kirkuk. « Les attaques dans ces zones contestées aggravent les tensions dans ces régions », a expliqué M. Kobler, qui a également présenté ses condoléances aux familles des victimes et ses vœux de prompt rétablissement aux blessés.

Situé dans le nord de l'Irak, qui abrite une importante minorité kurde, Kirkuk n'avait pas pris part aux élections provinciales nationales de 2009, en raison de tensions ethniques, liées, selon les médias, à la volonté de la communauté locale de voir être établie une administration kurde sur ce territoire.

Doté d'un mandat politique par le Conseil de sécurité en 2003, la Mission d'assistance a pour tâche d'aider notamment à promouvoir un dialogue politique inclusif et la réconciliation nationale, ainsi que d'appuyer le processus électoral en Irak.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Sur fond de tensions régionales, l'impasse politique en Iraq préoccupe le Représentant spécial Kobler