Le Secrétaire général condamne à nouveau l'escalade de la violence en Syrie

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s’entretient avec une femme en détresse dans le camp de réfugiés syriens d’Islahiye, en Turquie, près de la frontière avec la Syrie. Photo: ONU/Mark Garten

17 décembre 2012 – Ban Ki-moon a fermement condamné dimanche l'escalade de la violence armée en Syrie, en particulier les bombardements contre des zones peuplées et les attaques contre les civils, et à de nouveau lancé un appel à toutes les parties pour qu'elles cessent toutes formes de violence.

« Le Secrétaire général rappelle aussi à toutes les parties en Syrie qu'elles doivent respecter leurs obligations, en vertu du droit international humanitaire, de protéger les civils. Prendre pour cible des civils ou mener des opérations militaires dans des zones peuplées sans discernement et de manière disproportionnée, en portant atteinte aux civils, constituent un crime de guerre », indique la déclaration communiquée par son porte-parole.

Il a également réitéré son appel à la communauté internationale pour que tous les efforts possibles soient déployés afin d'enrayer la « tragique spirale de violence » en Syrie et promouvoir au plus vite un processus politique inclusif menant à une transition politique pacifique.

La déclaration a été transmise alors que M. Ban est alarmé par l'escalade tragique de la violence qui se poursuit en Syrie et des graves dangers auxquels sont exposées les populations civiles dans les zones de combats. La semaine dernière, des informations ont fait état d'un massacre de civils dans le village d'Aqrab, près de Hama, ainsi que de tirs de missiles à longue portée dans certaines régions du pays, déchiré par un conflit depuis 22 mois.

« Des raids aériens continus par des avions de combats et des hélicoptères d'attaque contre des zones peuplées ont été largement établis. Les informations d'aujourd'hui, qui font état de bombardements aériens et d'intenses violences ayant causé de nombreuses victimes parmi la population du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, à Damas, sont également une source de graves préoccupations ».

Le Secrétaire général a remercié les pays voisins du généreux accueil qu'ils ont offert jusqu'à présent aux réfugiés et souligné l'importance de maintenir les frontières ouvertes pour tous ceux qui fuient les violences en Syrie.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban lance un nouvel appel à la solidarité internationale avec le peuple syrien

En savoir plus





Coup de projecteur