Suite à des incidents violents, la MINUSS appelle à la retenue les forces de sécurité sud-soudanaises

Le camp de réfugiés de Yusuf Batil, en juillet 2012. Des femmes viennent de recevoir une aide alimentaire du PAM. Photo: PAM/George Fominyen.

13 décembre 2012 – La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a appelé jeudi les forces de sécurité du Soudan du Sud à faire preuve de retenue suite à un incident violent qui a fait neuf morts et de nombreux blessés parmi des manifestants dans la ville de Wau, lors de heurts avec la police.

« L'escalade récente des tensions et les violences sporadiques, ainsi que les dégâts matériels, sont très préoccupants », a déclaré la MINUSS au lendemain des incidents, qui ont éclaté les 8 et 9 décembre dans la capitale de l'État de Bahr El Ghazal.

« La MINUSS mène actuellement une enquête afin d'établir les circonstances exactes dans lesquelles se sont déroulées ces évènements tragiques. La mission a proposé à cet égard son assistance au gouvernement du Soudan du Sud et aux autorités régionales », a précisé la mission de l'ONU.

Elle a déclaré que l'Assemblée législative nationale du pays avait décidé mardi d'établir un comité d'établissement des faits qui présentera ses recommandations en vue de faciliter l'enquête judiciaire.

La MINUSS a également exhorté les forces de sécurité à faire preuve de la plus grande retenue et à protéger la vie des civils. « La mission appelle les autorités à agir rapidement pour empêcher une escalade de la violence et veiller à ce que les responsabilités soient établies dans les cas d'usage disproportionné de la force contre les manifestants ».

Plus jeune nation au monde, le Soudan du Sud a accédé à l'indépendance le 9 juillet 2011.

Le Secrétaire général a par ailleurs annoncé la nomination du général Delali Johnson Sakyi du Ghana au poste de Commandant des forces de la MINUSS. Il succède ainsi au général Moses Bisong Obi, du Nigéria, qui a quitté ses fonctions le 18 novembre.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : la MINUSS déplore l'expulsion d'une spécialiste des droits de l'homme

Aucun résultat
Aucun résultat