Philippines : le système des Nations Unies se mobilise face au typhon Bopha

11 décembre 2012 – Plusieurs agences de l'ONU ont annoncé mardi le renforcement des efforts humanitaires avec le gouvernement des Philippines pour évaluer les dégâts provoqués par le typhon Bopha (« Pablo ») qui s'est abattu sur Mindanao, dans le sud des Philippines il y a une semaine.

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le typhon aurait tué plus de 450 personnes et fait plus de 500 disparus. Près de cinq millions de personnes ont été touchées par la catastrophe et les besoins humanitaires sont considérables. En dépit des améliorations météorologiques, la tempête a provoqué des inondations et des dégâts aux infrastructures.

Tandis que l'UNICEF accorde la priorité à l'approvisionnement en eau potable et en assainissement, le Programme alimentaire mondial (PAM) fournit des denrées alimentaires et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) des couvertures et des matériaux pour la construction d'abris pour les déplacés.

Parce que Mindanao n'est habituellement pas située dans la « ceinture des typhons », l'impact de la tempête a été d'autant plus traumatisant pour une population qui n'a pas l'habitude de gérer les conséquences d'un tel phénomène et des fortes pluies et inondations qui ont inévitablement suivi.

Il y a près d'un an, le 16 décembre, la tempête tropicale Washi a frappé les villes de Cagayan de Oro et Iligan, à Mindanao, tuant plus d'un millier de personnes et déplaçant plus de 100.000 familles. Jusqu'à présent, l'impact de Bopha semble inférieur à celui de Washi, mais les dégâts causés aux cultures et habitations n'ont pas encore été évalués.

« C'est qui est inquiétant, c'est la gravité accrue des tempêtes tropicales qui frappent des régions des Philippines habituellement non touchées par les typhons », a déclaré le chef de mission de l'OIM aux Philippines, José Pimentel, dans un communiqué de presse.

« Lorsque des conditions météorologiques extrêmes frappent des populations mal préparées et vulnérables, nous devons nous centrer sur le renforcement de la résistance des communautés aux changements climatiques », a-t-il ajouté.

Avec des vents allant jusqu'à 150 km/h et des bourrasques jusqu'à 220 km/h, le typhon Bopha est le plus puissant à avoir touché les Philippines en 2012. D'après le gouvernement, Bopha a perdu en intensité depuis les dégâts provoqués dans la province du Davao oriental, mais les vents sont restés très forts. Il devrait rester au-dessus des Philippines jusqu'à vendredi.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Après le passage du cyclone Bopha, Ban assure les Philippines que les Nations Unies sont prêtes à mobiliser l'appui international

Aucun résultat
Aucun résultat