Hervé Ladsous présente au Conseil de sécurité plusieurs options pour stabiliser l'est de la RDC

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, à la sortie du Conseil de sécurité. Photo; ONU/Rick Bajornas

7 décembre 2012 – Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a affirmé vendredi que le Conseil de sécurité avait réagi avec « un intérêt considérable » aux propositions qu'il lui a présentées pour permettre le retour au calme dans les provinces des Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dont une en particulier qui consisterait à inclure les rebelles du M23 dans le rétablissement de la paix.

« Nous avons réfléchi au concept d'une force internationale neutre », a expliqué M. Ladsous devant les journalistes à l'issue de consultations du Conseil. Il a précisé que cette proposition avait été formulée par la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), qui s'est réunie récemment à Kampala, en Ouganda.

Selon la presse, la CIRGL espère que cette force pourrait aider au rétablissement de la paix et du calme dans l'est de la RDC. L'Union africaine aurait promis de contribuer à cette force dans laquelle serait également intégré un contingent de combattants du Mouvement du 23 mars (M23).

Formé de renégats des Forces armées de la RDC (FARDC), ce groupe avait pris il y a deux semaines le contrôle de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, avant de s'en retirer, à la demande de la CIRGL.

Le Conseil de sécurité a l'intention de réfléchir à la proposition de la CIRGL et aux moyens d'adapter en conséquence le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO).

Il en sera de même pour les deux autres propositions que M. Ladsous a présentées au Conseil. L'une prévoit des « multiplicateurs de force additionnels », allusion à l'équipement auquel la MONUSCO pourrait recourir pour booster son efficacité.

M. Ladsous a également indiqué que le Conseil de sécurité pourrait envisager une « version élargie » du Mécanisme conjoint de vérification de la Conférence des Grands Lacs, qui surveille la frontière entre la RDC et le Rwanda. Selon les médias, le Rwanda jouerait un rôle significatif dans le conflit qui se déroule dans l'est congolais.

M. Ladsous a précisé que ces propositions étaient des vues préliminaires du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP).

« Les membres du Conseil de sécurité ont réagi avec beaucoup d'intérêt à ces idées », a révélé M. Ladsous. « Bien entendu, ils voudront examiner de près toutes les options sur la table et c'est ce à quoi nous travaillons actuellement », a-t-il ajouté, soulignant qu'il faudrait tenir compte de l'avis des pays contributeurs de troupes à la MONUSCO.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Est de la RDC : Ban se félicite de l'appel à déposer les armes lancé au M23 par les dirigeants des Grands Lacs

Coup de projecteur



Aucun résultat
Aucun résultat